Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2015

La race est la nation, et la nation est la race [Par Troy Southgate]

Un point de vue de Troy Southgate, du National-Anarchist Movement (N-AM)
Traduit de l'anglais par Hans Cany

"L'ORGANIQUE DOIT TOUJOURS PRIMER
SUR LE CONTRACTUEL"


Europe_2.jpg


Ceux d'entre nous qui accordent de la valeur à notre identité raciale et culturelle se préoccupent à juste titre du fait qu'un grand nombre de migrants et de réfugiés économiques sont actuellement en train de submerger l'Europe, et il semble exact de dire que notre continent ne sera plus jamais le même.



Il y a différentes façons de réagir à ce problème :

I/ S'opposer physiquement à la présence de ces arrivants, en se préparant à des années de retranchement et de conflit racial.

II/ Faire confiance aux partis et aux organisations qui s'opposent à l'immigration.

ou

III/ Se joindre aux libéraux en renonçant activement  à notre héritage distinctif et, donc, en acceptant de faire face à la mort lente du génocide ethnique induit par le métissage à long  terme.



Il semble parfaitement clair, à mon sens, qu'aucune de ces propositions ne nous mènera à une solution pacifique et acceptable. Par ailleurs, l'attitude de la Nouvelle Droite face au présent dilemne est tout aussi limitée qu'elle manque de perspicacité. En effet, alors que Guillaume Faye  et autre Alain de Benoist on proposé de chercher à préserver la civilisation moderne en lui appliquant des méthodes de réformes, de modifications temporaires ou d'interrègnes gouvernementaux, il apparait essentiel pour les gens de Droite de comprendre que de tels objectifs s'apparentent à un refus obstiné d'accepter l'effondrement inévitable de la civilisation, comme de regarder la réalité en face.


Par conséquent, bien que possédant les capacités tant d'identifier que de quantifier les signes du déclin, les tactiques de ces personnes s'avèrent complètement inadéquates, et la Droite elle-même -même celle  qui se réclame de la "révolution conservatrice"- n'est qu'un dernier carré assiégé et désaffecté, qui en est maintenant réduit à se cramponner du bout des doigts aux derniers vestiges de l'infrastructure civilisationnelle. Soyons clair à ce sujet.
Ce n'est pas une question de combattre ou de partir, d'exclusion ou de conservation, de pessimisme ou d'optimisme, mais d'honnêteté et de réalisme.


Ayant pris les noms des diverses tribus indo-européennes qui s'y étaient établies, les nations d'Europe ont atteint un tel point de dégénérescence qu'aujourd'hui, nous faisons juste partie d'une vaste zone commerciale. Si vous voulez, une vache à lait boursouflée au service des banques et des entreprises, qui à présent emplissent nos pays des nouvelles hordes d'un homo economicus déplacé et sans racines. Résultant de cela, il est devenu totalement dépassé et vide de sens de dépeindre l'Europe comme un continent qui -pour reprendre les mots de Jean Thiriart- s'étendrait de Galway à Vladivostok.



L'Europe était originellement constituée d'Européens, comme la France était composée de peuples de souche nordique, alpine et méditerranéenne, ou comme les Iles Britanniques abritaient des Celtes, des Anglo-Saxons et des Vikings. Mais cela n'est plus le cas. Ces peuples demeurent, bien sûr, pas moins qu'à travers le sang qui coule dans nos veines, mais plusieurs décennies de mélange racial -et beaucoup plus à venir- signifient que l'Europe n'est plus uniquement européenne. Les globalistes font de leur mieux pour redéfinir en quoi consiste somme toute le fait d'être "européen", s'affairent à remplacer l'ethnicité par la notion plus vague de citoyenneté, et nous devons également tenir compte d'un monde qui change rapidement.


Il est clair que quelqu'un qui a des origines africaines ou asiatiques ne peut être judicieusement  défini comme "Suédois", "Italien", "Espagnol" ou "Grec". Indéniablement, le fait qu'un individu soit né dans tel ou tel pays ne le rend pas identique aux habitants autochtones, qui sont quant à eux là depuis de nombreux siècles, et qui, les premiers, ont donné leur nom au territoire.


L'organique doit toujours primer sur le contractuel. L'Europe, par conséquent, ne doit plus être conçue comme un espace territorial. Le temps est venu de faire face à la  réalité, et d'accepter le fait que nous devons créer des centaines de "mini-Europes", centrées sur nos propres identités et valeurs. Où ces nouvelles enclaves se feront-elles ? Seul le temps nous le dira. Mais à moins que nous ne créions de nouvelles patries séparatistes -même des villages- , nos enfants, nos petits-enfants et nos arrière-petits-enfants feront partie d'un chaos cosmopolite en expansion constante qui nous entraînera tous dans sa désastreuse orbite, et finira par nous éradiquer en tant que peuple.



Sans aucun doute, nous faisons face à une grande adversité, mais c'est maintenant qu'il faut être positifs. Même s'il est exact de dire que tout peuple a besoin d'une terre qui soit sienne, l'Europe prévaudra partout où il y aura des Européens. Il est temps de se regrouper. Nous nous sommes déjà adaptés dans le passé, et nous le referons. La race est la nation, et la nation est la race.

 

Troy Southgate
Novembre 2015 E.V.

      

25/10/2015

LE MYTHE DE L'HEXAGONE : un livre essentiel contre le jacobinisme

Peu importe que l'on juge favorablement ou défavorablement les engagements et les prises de positions de cette figure historique du mouvement breton que fut Olier Mordrel; figure historique tout aussi controversée que "maudite" et "sulfureuse", dès lors qu'elle est vue à travers le prisme du politiquement correct et du parti pris  idéologique. Là ne se situe pas la question.

"LE MYTHE DE l'HEXAGONE", paru en 1981 chez l'éditeur Jean Picollec, constitue un ouvrage de référence fondamental, au propos d'une valeur intemporelle, et que je ne saurais trop vous conseiller de lire, de relire, de faire lire, de découvrir ou de redécouvrir. Comme son titre l'indique, Mordrel y démonte point par point, sous la forme d'un magistral rappel historique concernant chacune de ses régions,  le mythe du prétendu "Hexagone", ce mythe tenace sur lequel prétendent s'appuyer les diverses chapelles du nationalisme français, et auquel s'accrochent plus largement tous les adeptes de la croyance jacobine en une prétendue nation "une-et-indivisible".

Ainsi que le rappelle l'auteur avec brio, celle-ci ne constitue en aucune manière une nation digne de ce nom, puisqu'elle est en réalité composé d'au moins vingt nations très différentes -qualifiées de façon dévalorisante de "régions"-, annexées sous la contrainte au prix d'une acculturation intensive et d'une confiscation de leurs prérogatives légitimes, sur fond de centralisme administratif aux relents impérialistes, voire colonialistes.

Du reste, ces annexions ne remontent bien souvent pas à la nuit des temps, contrairement à une croyance trop largement répandue. Ce n'est en effet qu'en 1532 qu'un traité d'union a été conclu entre la France et la Bretagne, cette dernière étant restée autonome jusqu'en 1789, date de la suppression de son autonomie et de son annexion pure et simple. Ce n'est qu'avec le traité des Pyrénées, en 1659, que le "Nord-Pas de Calais" fut en grande partie annexé par la France, la conquête militaire ayant été parachevée vingt ans plus tard, en 1679. Ce n'est que depuis 1769 que la Corse a été annexée par la France. Quant au Comté de Nice et à la Savoie, ils n'ont pour leur part été annexés qu'en...1860 ! Etc etc. Les exemples sont légion, et en réalité, peu nombreuses sont les régions qui sont "françaises" de très longue date.

Ce constat vient nous rappeler l'importance capitale de la seule alternative permettant de respecter réellement l'autonomie, l'identité et la diversité des peuples et des nations réels : celle d'un fédéralisme intégral, interne comme externe, non seulement à l'échelle des actuels Etats-Nations, mais aussi, beaucoup plus largement, à l'échelle continentale tout entière.

"LE MYTHE DE L'HEXAGONE" d'Olier Mordrel est malheureusement épuisé depuis longtemps, et n'a hélas  encore fait l'objet d'aucune réédition à ce jour. Chose infiniment déplorable, eu égard à la grande qualité de l'ouvrage, ainsi qu'à la portée du message qu'il délivre. Espérons vivement qu'un éditeur prendra prochainement l'excellente initiative de remédier à ce très regrettable état de fait. En attendant, vous pourrez toujours, moyennant quelques efforts de recherche et un peu de chance, faire l'acquisition de l'objet à prix variables chez les bouquinistes, via Internet ou ailleurs.

Pour conclure cette rapide présentation, rien de mieux que de reproduire ici cette fort pertinente citation de Pierre-Joseph PROUDHON, qui conserve aujourd'hui toute sa valeur : « La nation française actuelle se compose d’au moins vingt nations distinctes, et dont le caractère observé dans le peuple et chez les paysans est encore fortement tranché… Le Français est un être de convention, il n’existe pas… Une nation si grande ne tient qu’à l’aide de la force. L’armée permanente sert surtout à cela. Ôtez cet appui à l’administration et à la police centrales, la France tombe dans le fédéralisme. Les attractions locales l’emportent » .

Hans CANY

 


"LE MYTHE DE L'HEXAGONE" est à présent lisible en ligne ici (format PDF) :
https://docs.google.com/file/d/0B7USO7GnDdyLSHNiLVEtQ0g1N...

 

Mythe_hexagone.jpg

 

Quatrième de couverture :

 
Tout au cours de l'Histoire, il apparait toujours deux Frances, face à face, qui se haïssent au point souvent de s'entretuer. Rien de tel dans les autres pays européens : ils ont tous connu des conflits internes, mais pas ce perpétuel antagonisme.
Le spectacle de la France, par ailleurs, proclame la même absence d'unité, qu'il s'agisse des appartenances historiques de la moitié de ses provinces, des orientations géographiques de ses diverses parties, des cultures populaires qu'on y rencontre, des types humains...
Par contre, le système et les institutions politiques que Paris a imposés aux peuples que réunit l'Hexagone depuis les débuts de la monarchie, loin d'exprimer sa diversité fondamentale, sont les plus unifiés du monde et, même quand il est question de décentralisation, l'Etat fait un tabou de son "une-et-indivisibilité" !
C'est cette conclusion choquante dont Olier Mordrel -l'homme qui a derrière lui soixante ans de lutte pour les libertés bretonnes- découvre les origines et les causes. En arrachant à l'ombre et au silence les réalités vivantes que comprime l'Hexagone, en faisant justice des légendes apologétiques qui prétendent justifier le tabou, il jette sur la France une lumière qui en découvre la vraie nature, et autorise l'espoir d'une renaissance que paralysent aujourd'hui les idées stéréotypées et sclérosées.
Il faut reléguer aux archives le mythe de l'Hexagone et rendre la parole à la diversité, synonyme de vie et de liberté.
Ce livre traite du problème et de l'histoire de toutes les contrées de l'Hexagone : de la Flandre à la Guyenne, de la Corse à la Normandie, de la Franche-Comté au Pays Basque, de la Bourgogne au Languedoc, de l'Alsace à la Bretagne, de la Savoie au Pays Toulousain.
 

24/07/2015

L'abolition des frontières : une idée irresponsable

 

Frontieres.jpg

La question des frontières entre différents territoires donne aujourd'hui lieu à des débats passionnés. Bien évidemment, les frontières politiques des actuels Etats-Nations, ne tenant aucun compte des réalités historiques, linguistiques, culturelles, et régionales sont non seulement arbitraires, mais relèvent même parfois de la plus criante aberration. Seulement, allez demander aux Amérindiens, aux Palestiniens, ou aux Aborigènes d'Australie ce qu'ils pensent de l'absence totale de frontières reconnues, à la lumière de leurs tragiques expériences !...

 Qu'est-ce donc qu'une frontière, au juste ? Une frontière, c'est ce qui définit la territorialité, le droit pour un groupe d'individus d'être souverain chez lui, au même titre qu'un individu a droit à l'intimité et à la souveraineté en son propre domicile. Un individu insécurisé, non souverain chez lui, ne serait assurément pas libre. Il en va bien évidemment de même pour toute communauté, toute nation, sur le territoire délimité qui constitue son cadre de vie.

 Une frontière, c'est tout simplement ce qu'implique le droit à l'autodétermination, à l'autonomie et à l'indépendance pour tous les peuples et collectivités humaines. Sans territoires définis, sans délimitations précises, les notions d'autodétermination et de souveraineté/indépendance ne signifient plus rien.

 Une frontière, c'est ce qui marque la délimitation entre deux nations distinctes, c'est-à-dire entre deux groupes humains ayant chacun une identité ethno-culturelle qui lui est propre.

Par nation, au sens où l'entendent les  nationaux-anarchistes et autres fédéraux-socialistes, il faut comprendre entité ethno-culturelle ou culturelle , et non entité politique. La nation ne doit en aucun cas être être assimilée ou confondue avec l'Etat-Nation, qui pour sa part est d'essence politique, administrative et donc coercitive. L'ennemi, c'est l'Etat, et son avatar abstrait l'Etat-Nation. Mais pas le sentiment national réel, concret, qui en soi ne constitue aucunement un facteur aliénant et liberticide , ni n'implique le racisme, pas plus que la xénophobie. Le fait national est tout simplement un fait naturel, reposant sur la transmission héréditaire, d'individus à individus, de liens génétiques et  socio-culturels, ainsi que sur l'adhésion volontaire de chacun.

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination 

 Des esprits se voulant généreux et  pétris d'équité conçoivent apparemment que la suppression des frontières constituerait la panacée contre la xénophobie et le racisme, et qu'elle représenterait, à travers le prisme déformant d'une sorte d'idéologie de la repentance et de la rédemption éternelles, le juste prix à payer pour répondre collectivement de fautes commises jadis par nos aïeux. En d'autres termes, on attend des "réparations" de la part de gens qui n'ont personnellement commis aucune faute, au bénéfice de gens qui, pour leur part, n' en ont jamais subi préjudice. Double non-sens, fondé sur le sophisme de la culpabilité collective et héréditaire.
D'autres souhaitent simplement ouvrir les portes des pays industrialisés et traditionnellement impérialistes à l'immigration en masse des populations pauvres.

En réalité, outre son caractère dangereusement irresponsable, cette idée de libre circulation totale et sans entrave, si généreuse qu'elle puisse sembler a priori, ne tient aucun compte d'un fait pourtant évident : les problèmes sociaux, économiques, politiques, culturels et religieux des pays du Tiers-Monde ne seront nullement résolus par une fuite en masse de leurs ressortissants vers les pays dits "riches". Bien au contraire, serait-on même tenté d'ajouter.

 Pour les pays d'accueil, l'impact sur l'environnement social comme écologique d'un flux migratoire aussi colossal serait catastrophique. Et nul n'est besoin de mentionner le cataclysme économique et le déséquilibre ethno-démographique qu'il engendrerait.

Néanmoins, quelles que soient les politiques d'immigration à venir, l'Occident devra tôt ou tard faire face aux conséquences de son exploitation permanente des nations d'Afrique, d'Asie, et d'Amérique latine. La véritable solution aux conditions misérables que subissent les peuples de ces trois continents réside, comme pour tous les autres peuples, dans une véritable révolution sociale émancipatrice, dans leur affranchissement des carcans obscurantistes et théocratiques, dans la préservation et la mise en valeur de leurs particularismes ethno-culturels les plus enrichissants.

 La suppression des frontières est un thème très répandu à l'heure actuelle dans la propagande des mouvements "radicaux", que ceux-ci soient de sensibilité libertaire ou d'extrême-gauche. Pourtant, ce concept, outre sa dimension hautement utopique, implique de possibles développements racistes, impérialistes, et écologiquement dévastateurs qui ne sont que fort rarement analysés. 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 Les libéraux, désireux d'asseoir leur domination politico-économique sur le monde entier par la mondialisation du capitalisme, ne tendent-ils pas, eux aussi, à nier les frontières et à encourager l'uniformisation ?... 

L'objectif plus ou moins avoué du libéralisme économique et sociétal, c'est le grand magma planétaire indifférencié. C'est la poursuite d'une uniformisation toujours plus globalisante voire totalitaire, pour qu'à force de brassages et de mélanges les identités et les particularismes disparaissent. Pour faire de l'humanité une armée de zombies indifférenciés,  de consommateurs-clones malléables et redevables à merci, identiques de Los Angeles à Vladivostok comme de Reykjavik à Tombouctou , ou encore de Paris à Pékin, le grand rêve de l'ultralibéralisme a toujours été de s'affranchir de l'autorité des  frontières.

Le capitalisme libéral est par essence cosmopolite, apatride. Les seules lois et les seules valeurs qui le régissent sont  les prix de revient et les bénéfices. Il n'a que faire des nationalités, des souverainetés populaires et des frontières, et souhaite continuellement les affaiblir et les faire disparaître, consacrant ainsi le triomphe de l'économique sur le politique.

Effacer les frontières, détruire les indépendances nationales, c'est l'objectif ultime du grand Capital multinational et apatride. Prôner l'abolition des frontières, c'est objectivement jouer le jeu des libéraux, en leur servant d'idiots utiles, manipulables à volonté.

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination  

 Des frontières se sont créées puis sont tombées dans le passé, d'autres tomberont ou se créeront dans le futur, et les composantes ethniques de diverses régions du globe continueront à subir des changements plus ou moins accentués : tels sont les impératifs de l'Histoire. L'internationalisme anti-étatique est bien entendu partagé par tous les anarchistes et les socialistes anarchisants, pour qui la notion de solidarité internationale n'est généralement pas un vain mot.

 Les problèmes qu'implique le maintien des frontières actuelles sont hélas particulièrement criants pour des peuples sans souveraineté reconnue comme les Basques, les Bretons, les Flamands, les Corses, les Kurdes, ou encore beaucoup de peuples africains, américains et asiatiques dont les terres ont été spoliées, escamotées par des lignes tracées sur une carte.

Les gouvernements et les Etats ne doivent pas s'interposer sur le chemin de l'autodétermination des peuples et des individus. Et il ne doit pas y avoir de frontières limitant la solidarité, l'entraide, et la coopération volontaire. Pour autant, la négation des frontières et des nationalités constitue le piège ultime qu'il convient d'éviter, sous peine de scier la branche sur laquelle on est assis, et de se faire l'instrument du cancer mondialiste.

Ainsi donc, le combat internationaliste doit être compris et appliqué dans le sens le plus équitable : pas de frontières limitant la solidarité, et pas de frontières imposées contre leur gré à des groupes humains sans souveraineté. En revanche, pourquoi nier le droit des peuples et des groupes humains à l'autodétermination et à la souveraineté territoriale ? Le choix individuel des "apatrides" volontaires, en soi, est certes respectable. Mais il cesse de l'être à partir du moment où ils entendent l'imposer de façon universelle, en refusant aux autres le droit de se constituer en entités collectives souveraines.
 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 Par le refus de toute logique génocidaire ou assimilationniste , il convient de lutter pour le pluralisme, car la diversité ethnique, culturelle, et linguistique est le fondement même de la richesse de l'humanité. Par la solidarité de tous les peuples en lutte contre l'impérialisme de par le monde, il convient donc d'opter pour un inter-nationalisme véritable qui, au lieu de nier et de rejeter les différences, au lieu de détruire les souverainetés et les autonomies, les reconnaît et œuvre à leur préservation.

 L'internationalisme consiste à mon sens en la solidarité internationale de tous les peuples opprimés et des exploités en lutte contre leurs oppresseurs et leurs exploiteurs, et non en une sorte de mondialisme massifiant, uniformisant et négateur de toutes les frontières.

 Il ne s'agit pas ici de plaider en faveur des rivalités et de la division du genre humain, mais bien au contraire pour L'UNITE DANS LA DIVERSITE, sur des bases fédéralistes. Car l'autodétermination, l'autonomie, l'indépendance et la souveraineté sont tout simplement des questions de LIBERTE. Liberté de choix, liberté d'association.

 

Hans CANY

 

 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 

 
QUELQUES CITATIONS AU SUJET DES CONCEPTS DE NATIONS, DE NATIONALITES, D' INDEPENDANCES NATIONALES ET DE PATRIES :

 

"Les différences nationales sont des facteurs de première importance pour les réalisations à venir de l'humanité, pour ceux qui savent distinguer de l'abominable violence étatique le fait vigoureux, beau, et pacifique de la Nation."

 

 Gustav LANDAUER (1870-1919)

 

 

"L'Etat n'est pas la patrie. C'est l'abstraction, la fiction métaphysique, mystique, politique, juridique de la patrie. Les masses populaires de tous les pays aiment profondément leur patrie; mais c'est un amour réel, naturel. Pas une idée : un fait... Et c'est pour cela que je me sens franchement et toujours le patriote de toutes les patries opprimées."

 

 Mikhaïl BAKOUNINE ("Circulaire à mes amis d'Italie", 1871)


"Si, en 1840, j’ai débuté par l’anarchie, conclusion de ma critique de l’idée gouvernementale, c’est que je devais finir par la fédération, base nécessaire du droit des gens européen, et, plus tard, de l’organisation de tous les Etats."

Pierre-Joseph PROUDHON
, 1862



"La force motrice de l'histoire humaine est le facteur social, c'est-à-dire le facteur national. Le lien social qui assure la cohésion de chaque groupe humain, de la famille à la tribu et à la nation, est le fondement même de la dynamique de l'Histoire."


Mouammar KADHAFI (in le Livre vert, 3ème partie)



"Nous croyons que tous les peuples, toutes les nations et les cultures, tous les groupes ethniques ont le droit absolu de se préserver tels qu'ils sont et de s'auto-déterminer. Non seulement le Nouvel Ordre Mondial (NOM) projette de détruire toutes les indépendances nationales et populaires, mais le Capital lui-même s'emploie sans interruption à éroder l'identité et la diversité des cultures, des nations et des peuples, afin d'imposer une monoculture globale basée sur le négoce. Il faut lutter de toutes nos forces contre cette homogénéisation de l'humanité."

Raven's Banner Collective (collectif anarchiste, USA)

 

 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 

11/07/2015

Ce qu'est la Ligue Nationale-Anarchiste (L.N.A.)

1939748_564515890318794_417626406357372375_n.jpg

 

La Ligue Nationale-Anarchiste (L.N.A.), comme son nom l'indique, est une ligue dont l'objectif est de fédérer les nationaux-anarchistes de langue française dans le monde entier. La L.N.A. constitue une section francophone autonome du mouvement National-Anarchiste (National-Anarchist Movement, N-AM) mondial.


La L.N.A. est un réseau de liaisons, de contacts et d'amitiés pour l'expression et l'action nationales-anarchistes, et s'emploie à combattre toutes les formes de conformisme, y compris le conformisme dogmatique qui imprègne une grande partie des milieux "anars" ou "libertaires" conventionnels.

La L.N.A. est constituée par l'association libre et volontaire de nationaux-anarchistes francophones de toutes origines raciales et ethniques, quel que soit leur pays de résidence.


La L.N.A. n'est pas, à proprement parler, une organisation.
Elle est davantage une tribune d'expression de la pensée nationale-anarchiste, et est avant tout un "think tank", un laboratoire d'idées, un cercle de réflexion. Constituant une association d'individus et d'esprits libres, elle se refuse catégoriquement à "organiser", ce qui reviendrait à réglementer une idée commune de la liberté, et à enfermer le national-anarchisme dans des dogmes figés et uniformisants.


Notre formule d'association par la LIBRE ENTENTE, résiliable à la volonté de chacun(e), sans cartes, sans adhésion bureaucratique, sans hiérarchie, sans "dirigeants" ni cotisations imposées, est la seule formule qui soit acceptable pour l'anarchiste authentique, la seule qui permette des initiatives collectives basées sur l'acceptation volontaire et la conscience individuelle.
En outre, la L.N.A. préconise pour chacun la voie de l'action individuelle, chaque national-anarchiste ne parlant qu'en son propre nom. Il peut donc y avoir chez nous une grande variété de conceptions de l'anarchisme, d'opinions, de points de vue, et il est bien entendu nécessaire de faire écho à tous. Les nationaux-anarchistes ne sont pas tous systématiquement d'accord entre eux. Leurs orientations et références respectives peuvent être très différentes les unes des autres, voire diverger plus ou moins fortement. Néanmoins, au-delà de ces différences plus ou moins marquées, les nationaux-anarchistes partagent un certain nombre de valeurs et de principes fondamentaux, qui constitue leur socle doctrinal commun, et qui les distinguent clairement des anarchistes conventionnels.

Entre notre L.N.A. et les diverses organisations dites "anars" ou "libertaires", la différence n'est, de prime abord, pas particulièrement flagrante aux yeux d'un néophyte. Mais pour les plus avertis, cette différence est de taille.
Notre position peut se résumer comme suit :


. Contrairement à l'approche gauchiste de la mouvance dite "libertaire" ou "anarchiste", le national-anarchisme ne condamne et ne rejette aucunement les concepts de nations, de patries, de frontières, de peuples, de races et d'ethnies. Résolument opposé à tout racisme (hiérarchisation des races et des ethnies), à tout racialisme (le fait racial considéré comme moteur central de l'Histoire) comme à tout suprémacisme, le national-anarchisme authentique promeut la reconnaissance et la préservation des héritages et des particularismes ethno-culturels, et prône en conséquence l'ethnodifférentialisme, ou ethnopluralisme. Le national-anarchisme distingue la Nation réelle (communauté organique réelle) de l'Etat (institution administrative autoritaire, hiérarchisée et plus ou moins centraliste). Par conséquent, les nationaux-anarchistes prônent la destruction, l'abolition totale de l'Etat-Nation, et le droit fondamental à l'autodétermination et à la sécession pour toutes les nations réelles, pour toutes les communautés et groupes humains librement constitués sur des bases affinitaires et/ou d'héritages ancestraux communs : affinités d'ordre linguistique, ethno-racial, religieux/spirituel, politique, philosophique etc. De ce positionnement découle logiquement un refus de toute hiérarchie entre les nations, de tout centralisme uniformisant, assorti d'un soutien global à la plupart des autonomismes et des velléités séparatistes et/ou fédératives. Les nationaux-anarchistes adhèrent par conséquent aux principes du fédéralisme intégral (interne comme externe, à tous niveaux), du socialisme autogestionnaire non-étatique, du droit à la territorialité souveraine, de l'écologie profonde, de même, pour nombre d'entre eux du moins, à ceux de la démocratie directe. Les nationaux-anarchistes s'opposent à l'oppression étatique, de la même façon qu'ils rejettent et combattent également l'impérialisme, le sionisme et toutes formes de colonialisme.

. Tous ceux qui ont voulu faire de l'anarchisme une "organisation" de type gauchiste (genre FA, CNT, AL, UA, OCL etc) sont des gens ayant des attaches solides avec les milieux syndicalistes réformistes, ainsi qu'avec divers milieux politicards non-anarchistes. Par exemple, beaucoup d'éléments de la FA et de la CNT fricotent allègrement avec le PS ou les trotskards, et les orgas comme l'OCL ou "Alternative Libertaire" (sic) sont carrément constituées de crypto-marxolâtres qui s'acoquinent avec les trotskards du NPA (ex-LCR), ainsi qu'avec des structures syndicales comme la CGT, SUD, "Solidaires" etc. Ces organisations relaient en outre tous les poncifs de l'extrême-gauche marxistoïde, et s'investissent fortement dans tous les combats d'arrière-garde du gauchisme militant : hystérie "antifasciste", soutien aux "sans papiers" et à l'immigration massive sous couvert de "libre circulation", engagement dans des mouvements sociétaux prônant l'hypersexualisation et la théorie du genre, dans le lobbying de minorités sexuelles ou libéro-féministes (LGBT, Femen...), participation à des mouvements "sociaux"estudiantins etc.

. Les diverses organisations gauchistes dites "anarchistes" ou "libertaires" acceptent en leur sein des Francs-Maçons qui les noyautent, et dont on peut légitimement mettre en doute la bonne foi. Le fait est pourtant dépourvu de toute équivoque : initié secrètement au sein de structures fortement hiérarchisées et élitistes, un Franc-Maçon ne peut tout simplement pas être anarchiste. Les idéaux et les intérêts maçonniques divergent radicalement de ceux des anarchistes authentiques, a fortiori depuis le début du XXème siècle. Ce sont en effet les Francs-Macs de diverses obédiences qui ont fait de la FA, par exemple et entre autres, le véritable "parti" ou plurtôt groupuscule "anarchiste" qu'elle est aujourd'hui. Le syndicaliste qui, dans le secret des loges, fraternise avec le patron, le banquier, le politicien véreux, le magistrat et le flic, tout ça dans un but tout aussi obscur que douteux, voila ce qui devrait, pour le moins, éveiller la méfiance de tout anarchiste sincère et conscient. Les nationaux-anarchistes dénoncent l'action et l'influence néfastes exercées par les diverses obédiences maçonniques non seulement au niveau politico-social de façon globale, mais aussi, à un niveau plus restreint, sur beaucoup de mouvements se voulant plus ou moins contestataires et radicaux.


Voila donc, en résumé, ce qui nous sépare de toute cette soupe "libertaire", qui cherche toujours à nous calomnier à bon compte et à nous discréditer par tous les moyens. Méfiez-vous de ces organisations gauchardes qui prétendent incarner une sorte d' "orthodoxie" au nom d'un arbitraire monopole idéologique, et qui, sous leurs vocables de "Fédération", d' Union", de "Confédération" ou d' "Alternative" ne cherchent qu'à vous embrigader, le plus souvent sous la houlette d'opportunistes et d'arrivistes qui ne font que passer rapidement dans ces organisations prétendument "anars". Tout ceci sous le regard bienveillant des gens de pouvoir, et donc avec la complicité du système autoritaire et hiérarchique. Comme les petits-bourgeois de mai 68, ces gens-là passeront facilement du pétard au cigare...

Même si nous devions toujours rester seuls, nous autres, nationaux-anarchistes de la L.N.A., aurons clairement affirmé notre refus catégorique de nous soumettre à une certaine pensée unique. Nous ne sommes ni des moutons, ni les idiots utiles de personne. Nous aurons au moins la satisfaction de nous être affirmés en tant que force émancipatrice mais enracinée, et d'avoir su repousser avec force les compromissions diverses et variées qui orientent toute rébellion vers des voies de garage aux finalités douteuses, quand elles ne la canalisent pas purement et simplement par le biais de récupérations malhonnêtes. C'est cela, selon nous, la raison d'être de la L.N.A.


Nous n'avons pas à "repenser" l'anarchie avec chaque période. L'anarchisme national, patiotique, n'a rien d'un oxymore ni d'une invention récente, puisque ce courant de pensée était déjà en gestation chez différents "pères" de l'idéal anarchiste, à commencer par Pierre-Joseph PROUDHON, Mikhaïl BAKOUNINE ou encore Gustav LANDAUER, pour ne citer que trois d'entre eux. L'anarchie n'a pas non plus à se positionner "à gauche" (du Système) ni "à droite" (du Système). L'anarchie selon nous n'est ni "de droite" ni "de gauche" : elle se situe EN-DEHORS ET EN FACE.

Le national-anarchisme n'est donc ni un "anarchisme de droite", ni un gauchisme libéral-libertaire, ni un "libertarianisme" ultra-libéral et cosmopolite, ni un nationalisme de type étatique. Le national-anarchisme est aujourd'hui une idée renaissante, une force d'avenir qui se développe inexorablement dans le monde entier, au sein de chaque pays, de chaque nation, et en toutes langues. Le but de la L.N.A., librement associée au N-AM inter-national, c'est d'en faire entendre et connaître la voix, et d'oeuvrer dans un but constructif.

Ligue Nationale-Anarchiste
Le 11 juillet 2015 de l' Ere Vulgaire

 

LNA_regles.jpg

BLOG OFFICIEL DE LA L.N.A. :
http://national-anarchisme.hautetfort.com

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Page officielle de la L.N.A. :
https://www.facebook.com/alliancenationaleanarchiste


Groupe national-anarchiste francophone :
https://www.facebook.com/groups/nationalanarchisme

VERT & NOIR, groupe N-A pour un écologisme radical
et enraciné, et pour la cause des animaux :

https://www.facebook.com/groups/vertetnoir

 

Etoile_noire_NA_international_GREEN.jpg

04/07/2015

Notre fédéralisme va bien au-delà du principe de subsidiarité

 

Le fédéralisme intégral dont nous autres, nationaux-anarchistes, nous nous réclamons, se projette plus loin que le fameux principe de  subsidiarité  auquel se réfèrent  les uns comme les autres.

Pour résumer la problématique  en peu de mots, disons simplement que le principe de subsidiarité consiste en une certaine "décentralisation", en ceci qu'il entend permettre aux localités de décider et d'appliquer ce qu'il est "possible de faire" localement.

En clair, la subsidiarité se borne donc à la délégation d'une partie des pouvoirs du centre vers la périphérie, sans remettre en question le moins du monde la prédominance de ce pouvoir central. A contrario, le fédéralisme intégral auquel nous nous référons implique une réelle autonomie des collectivités locales, et une authentique émancipation des individus-citoyens. Il n'entend pas juste déléguer une partie des prérogatives du centre suzerain vers une périphérie vassale, mais bel  et bien affranchir ladite périphérie  de la tutelle du centre, en  lui donnant des prérogatives réelles et qui ne se limitent pas à des questions d'ordre plus ou moins secondaire.

En somme, la subsidiarité, même si elle peut éventuellement être perçue comme une étape, une avancée dans un sens positif, ne saurait en aucune manière être un but en soi. L'objectif réel, à ne jamais perdre de vue, étant l'autonomie substantielle, via le principe fédératif, et dans un cadre fédéral, voire confédéral.


La préface au "Principe fédératif" de Proudhon, dont je reproduis le texte plus bas, développe cette distinction essentielle qu'il convient d'opérer entre simple subsidiarité -accommodable à plus ou moins toutes les sauces- et fédéralisme authentique.

Hans CANY


Proudhon_4.jpg

 

 

Préface au "Principe fédératif" de Pierre-Joseph PROUDHON
(Editions ROMILLAT)

 

Du PRINCIPE FÉDÉRATIF au PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ


Fédéraliste, anarchiste, utopiste : il n'en faut pas plus pour vous déconsidérer à tout jamais auprès des gens sérieux. Jugez-en par vous-mêmes en tentant l'expérience suivante: au cours d'une réunion entre amis, proposez de débaptiser la République Française, et de la renommer République Fédérale de France. Le résultat est garanti.
On vous menacera des pires catastrophes, on vous annoncera la fin de la France, on dénoncera sa germanisation accélérée ou son américanisation inéluctable... Comme si l'adoption d'une Constitution fédérale nous promettait le démembrement du territoire national, l'indépendance des bretons, des corses, des basques et pourquoi pas le retour de Nice et de la Savoie à quelque Padanie indépendante !

Proudhon notait déjà: « Le peuple français se démoralise, faute d'une idée. L’intelligence de l'époque et de la situation lui manque : il n'a conservé que l'orgueil d'une initiative dont le principe et le but lui échappent. Aucun des systèmes politiques qu'il a essayés n'a pleinement répondu à son attente, et il n'en imagine pas d'autre.»

Qu'opposerait-il à cette démoralisation?

 

PRINCIPE FÉDÉRATIF versus PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ


Si l'on s'avise à chercher à quels éléments théoriques se réfèrent aujourd'hui les partis politiques français se revendiquant de l'idée fédéraliste - malicieux, Proudhon, à qui on ne fait pas facilement prendre des vessie pour des lanternes, souligne à ce propos « que de fois le moyen-âge ,n'a-t-il pas vu les Gibelins se faire Guelfes, et les Guelfes se changer en Gibelin! » -, on trouvera que tous mettent en avant le principe de subsidiarité.

On ne sait pas toujours que ce principe ressort de la doctrine sociale de l’Église catholique. Que dit l’Église ? Qu'un dirigeant ne doit pas faire ce que ses subordonnés ont la capacité et le pouvoir de réaliser eux-mêmes. Elle condamne non seulement l'abus de pouvoir, mais dénonce cette action comme péché dont le dirigeant se rend coupable. Transposé au plan politique, la Région ne doit pas faire ce que peut faire la Commune, et l’État ce que peux faire la Région. Encore que l'on sache mal ici, lorsqu'il y a faute, quelle est la sanction.

Peu de références dans les discours à la théorie fédérative.

L'idée de Fédération semble donc en France définitivement corrompue d'anarchie. C'est la Gaule avant César, la Fronde, la Gironde et la Commune acharnées à la perte de la Nation. Parler de Proudhon ne fait dès lors que mettre le feu aux poudres. Et pourtant...

Revenons un instant au principe de subsidiarité. S'opposant à toutes les formes de collectivisme, l’Église catholique, qui se qualifie ici d'«experte en humanité», stipule à ce sujet que « ni l’État ni aucune société ne doivent jamais se substituer à l'initiative et à la responsabilité des personnes et des communautés intermédiaires au niveau où elles peuvent agir, ni détruire l'espace nécessaire à leur liberté.»   ( Congrégation pour la doctrine de la foi, Instruction sur la liberté chrétienne et la libération, septembre 1984).

On ne peux qu'approuver, reconnaitre le chemin parcouru depuis Vatican II, juger favorablement l'éloignement des théories ultra-montaines qui étaient encore celle de l’Église au siècle dernier - même si l'oubli semble venir un peu vite laver le passé anti-humaniste des anciens «expert en humanité» ...

Certes. Mais refuser que l’État ou la société ne s'immiscent indûment dans la sphère privée, c'est encore admettre l’assujettissement de l'homme à un pouvoir qui lui est extérieur. C'est préjuger d'une organisation verticale hiérarchisée de la société où, si l'on dénonce comme péché l'abus de pouvoir, on encourage la subordination des citoyens. Le peuple souverain se voit reconnu son droit de déléguer librement et démocratiquement son pouvoir aux élus et à l’État ; il leur doit en retour une tranquille obéissance.

Rien de tel chez Proudhon.

Ce n'est pas à l’État ou un monarque qui délègue son pouvoir de haut en bas à chaque étage de la hiérarchie sociale, mais à l'inverse un échange contractuel, où l'on se délègue de souveraineté que si s'avère indispensable à l’exécution d'un projet commun.

Il veut l'homme libre. Il écarte sans hésiter la discipline coercitive. Pas de "lendemains qui chantent" ou d'impératifs religieux auxquels asservir l'individu.

 

LE CONTRAT


L'idée de contrat est pour lui l'idée dominante de la politique. Seul le contrat peut équilibrer l'Autorité et la Liberté, qui pour l’État en désordre et ruine, pour les citoyens en oppression et misère.

Le contrat social par excellence est le contrat de fédération « dont l'essence est de réserver toujours plus aux citoyens qu'à l’État, aux autorités municipales et provinciales plus qu'à l'autorité centrale.»

C'est par contrat - on voudrait pouvoir écrire, de puissance à puissance - que s'organisent les délégations des citoyens entre eux, d'eux à la commune et à la région, de la région à la fédération.

Contrats révisables, soumis au contrôle permanent des parties, et bien sûr dénoncés dès lors qu'il y aurait rupture des termes contractuels.

Ainsi « les contractants se réservent toujours une part de souveraineté et d'action plus grande que celle qu'ils abandonnent. Juste le contraire de ce qui a lieu dans les anciens systèmes, monarchiques, démocratiques et constitutionnels, où, par la force des situations et l'entrainement des principes, des particuliers et les groupes sont censés abdiquer entre les mains d'une autorité imposée ou élue leur souveraineté tout entière, et obtiennent moins de droits, conservent moins de garantie et d'initiative, qu'il ne leur incombe de charges et de devoirs.»

 

Rien non plus qui puisse donner prise à la bureaucratisation :

« Dans une société libre, le rôle de l’État ou Gouvernement est par excellence un rôle de législation, d’institution, de création, d'inauguration, d’installation ; - c'est le moins possible, un rôle d’exécutif, par lequel on désigne un des aspects de la puissance souveraine qui a singulièrement contribué à fausser les idées. L’État n'est pas un entrepreneur de services publics, ce qui serait l'assimiler aux industriels qui se chargent à forfait des travaux de la cité. L’État, soit qu'il édicte, soit qu'il agisse ou surveille, est le générateur et le directeur suprême du mouvement ; si parfois il met la main à la manœuvre, c'est à titre de première manifestation, pour donner l'impulsion et poser un exemple. La création opérée, l’installation ou l'inauguration faite, l’État se retire, abandonnant aux autorités locales et aux citoyens l’exécution du nouveau service. »

 

20/06/2015

TUERIE DE CHARLESTON : Communiqué officiel de la L.N.A.

La Ligue Nationale-Anarchiste condamne sans appel le crime raciste perpétré dernièrement par un jeune décérébré suprémaciste à Charleston, USA, et exprime bien évidemment ses sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes innocentes de cet odieux massacre.

Nous invitons néanmoins les uns comme les autres à ne pas céder aux tentations simplistes basées sur l'émotionnel et/ou sur les passions communautaires, tentations qui, quel que soit le sens vers lequel elles tendent, ne peuvent s'avérer que contre-productives. Nous invitons au contraire tout un chacun à la réflexion de fond. Ce type de drames s'avère en effet inévitable dans le cadre de sociétés au sein desquelles le multi-ethnisme et le multiculturalisme sont érigés en véritables dogmes officiels. Il est grand temps, aujourd'hui, de s'interroger enfin sur le bien-fondé du "melting-pot" naguère tant vanté outre-Atlantique, tout comme sur le "vivre ensemble" incantatoire que les gouvernants s'obstinent à vouloir imposer aux peuples du Vieux Continent.

Obliger des communautés ethno-culturelles à "cohabiter" de gré ou de force mène inévitablement, tôt ou tard, à ce type de tragédies, exacerbant le racisme de part et d'autre, et conduisant fatalement, à terme, à l'éclatement de conflits ethniques à plus large échelle, et aux conséquences difficilement quantifiables à l'avance. Les nationaux-anarchistes que nous sommes ne tomberont pas dans le piège des outrances manichéennes des racistes blancs ou noirs, ni dans celui des bien-pensants qui s'obstinent à prôner un "vivre ensemble" qui a depuis longtemps montré ses limites, et dont la faillite est aujourd'hui tout aussi patente que retentissante. Comme le dit l'adage, l'Enfer est pavé de bonnes intentions.

La L.N.A. rappelle donc, à l'occasion de cet épouvantable drame, l'impérieuse nécessité de tenir compte de trois des principes fondamentaux pour lesquels elle lutte : le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, le droit à la sécession, et le droit à l'autodétermination pour tous.

Hans CANY, pour la L.N.A.

 

 

LNA_racisme_identite_2.jpg

 

22:51 Publié dans Politique | Tags : hans cany, races et ethnies, identité & racines, autodétermination | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

28/08/2014

1000 ans d'évolution des frontières en Europe [VIDEO]

Beaucoup de frontières sont tombées ou se sont créées dans le passé, et beaucoup changeront aussi
dans le futur.
N'en déplaise aux étatistes jacobinards de tous poils, rien n'est définitivement "acquis" ni fixé...

 

N-A_identites_enracinees.jpg

12:45 Publié dans Politique | Tags : identité & racines, fédéralisme, autodétermination, national-anarchisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

11/07/2014

Redécoupage territorial : de qui se moque-t-on ?

Le 4 juillet 2014, le soi-disant Sénat a -fort heureusement- rejeté le scandaleux plan de redécoupage régional voulu par Hollande, Valls et consorts. Un moment de répit passager, qui n'est peut-être en fait qu'un recul destiné à mieux sauter par la suite... Les hommes et les femmes aux racines profondes, qui conçoivent des identités solides relevant de leurs patries charnelles, les nations réelles, se doivent à présent de ne pas baisser la garde.


Voici l'inique plan de redécoupage administratif que ces crapules cherchaient originellement à imposer :

Regions_2.jpg

La Bretagne même pas réunifiée, contrairement à ce qu'on pouvait légitimement espérer il y a peu... La Picardie arbitrairement rattachée à Champagne-Ardennes (Sur quelles bases historiques et culturelles ?!?). Une fusion avec le "Nord-Pas de ...Calais", comme prévue initialement, eut été moins aberrante)... Etc etc.  DE QUI SE MOQUE-T-ON ?!?

Voici à présent une proposition alternative, infiniment plus cohérente que le scandaleux et inacceptable "redécoupage régional" que veut imposer le gouvernement hexagon. Ainsi, au moins,  le redécoupage en question serait-il plus juste, plus équilibré, et donc beaucoup plus acceptable :

Regions_3.jpg

 

Puisse cette dernière formule être finalement retenue, en lieu et place de l'ignoble projet initial.Même si on peut déplorer quelques imperfections. La Lorraine, par exemple, serait davantage de nature à fusionner avec l'Alsace qu'avec la région Champagne-Ardenne, entre autres.

Les jacobinards de tous poils, de gauche comme de droite, nient les particularismes ethno-culturels et l'héritage géographico-historique inhérents aux  prétendues "régions". Il semble donc que nous soyons encore loin, hélas, du respect du droit élémentaire des peuples à l'autodétermination, ou même de l'instauration d'un simple système fédéral préservant l'actuelle intégrité de l'Hexagonie.  La résistance est longue, la résistance est rude. Il s'agit de rester vigilants. On ne doit attendre des gouvernements qu'ils servent les intérêts des peuples ni aujourd'hui, ni demain. Les peuples doivent agir et lutter d'eux-mêmes, sans relâche, pour reconquérir et leurs droits, et leur émancipation, tant sociale que nationale.

Hans CANY

AN-A_cent_drapeaux.jpg

 

 

 

21/03/2014

INTERVIEW : Hans CANY et le national-anarchisme

31mars2013.jpg




Entretien exclusif avec Hans CANY, animateur de l' Alliance Nationale-Anarchiste, le 15 mars 2014.



 Propos recueillis par Betty Monde


Bonjour, Hans CANY. Vous êtes donc un des fondateurs d'origine du courant national-anarchiste ?


HC : Oui, j'ai contribué au lancement de cette mouvance à partir de la fin des années 1990 e.v., simultanément avec Troy Southgate au Royaume Uni, et Peter Töpfer en Allemagne. Töpfer est aujourd'hui hors course, car il s'est réorienté dans d'autres domaines. Troy Southgate et moi-même sommes aujourd'hui deux des trois fondateurs encore en piste.


Associer le national à l'anarchisme, n'est-ce pas quelque peu paradoxal ? Certains parlent d'oxymore...

HC : Ceux qui dénient le national-anarchisme sur cette base font totalement fausse route. L'idée nationale est bel et bien présente chez de grandes références de l'anarchisme, de Proudhon à Bakounine, en passant par Gustav Landauer ou même Nestor Makhno. Ceux qui font l'impasse sur cette réalité, soit ignorent les faits, dans le meilleur des cas, soient feignent de les ignorer, car cela heurte trop leurs dogmes idéologiques. Des anarchistes bakouninistes américains, au début des années 1990 e.v., sans encore utiliser le terme, étaient en quelque sorte des précurseurs, des proto-NA. Il faut bien comprendre que les nationaux-anarchistes ne sont en aucun cas des nationalistes, dans le sens où il rejettent totalement l'Etat-Nation. La nation n'est pas l'Etat. Une nation réelle, pour les nationaux-anarchistes, c'est fondé sur l'ancestralité et les particularismes culturels, ainsi et surtout que sur l'association libre et volontaire des peuples et des individus qui les composent. Ils peuvent choisir de se constituer en nations non-étatiques, sur la base d'affinités, que celles-ci soient d'ordre ethno-linguistique, philosophique, religieux, ou de quelque autre nature. De là vient notre fédéralisme intégral, interne comme externe. Le conditionnement idéologique gauchistoïde a fait de tels ravages en s'imposant partout que les mots "nation", "frontière", "souveraineté", "patrie" sont vilipendés, et voués aux gémonies par les chiens de garde du dogme. Leur viendrait-il à l'idée de s'en prendre aux Amérindiens, sous prétexte qu'ils se définissent en nation cheyenne, nation navajo, nation hopi, nation apache, nation mohicane, nation sioux etc ?? Et qu'attendent-ils donc pour remettre en question le nom de leur Confédération Nationale du Travail, tant que nous y sommes ??... Allons, soyons sérieux. L'idée nationale et l'idée anarchiste n'ont rien d'incompatible, et le national-anarchisme est loin d'être un oxymore, n'en déplaise aux endoctrinés de service.
La meilleure preuve en est que nous sommes là.



Vous parlez de bakouninistes américains. Qui étaient-ils ?


HC : Il s'agissait du Raven's Banner Collective, basé en Floride, et avec les membres duquel j'ai beaucoup correspondu et échangé, entre le début et le milieu des années 1990 e.v. Ceux-ci, avec aussi la publication britannique Alternative Green de feu Richard Hunt, m'ont beaucoup influencé, et c'est surtout à partir des idées qu'il développaient que j'ai commencé à élaborer ce qui allait devenir aujourd'hui ma propre vision du national-anarchisme. Le Raven's Banner Collective prônait l'autodétermination des peuples, les souverainetés nationales, les groupes d'affinités, l'anti-impérialisme, la démocratie directe, l'écologisme radical, l'autogestion. Alternative Green développait de son côté un écologisme radical, anarchiste, et enraciné. Tout ceci a beaucoup contribué à établir les fondations du mouvement national-anarchiste tel qu'il se présente actuellement.


Où vous situez-vous, au sein de la grande famille libertaire ?


HC : Je ne me hasarderais pas à qualifier cela de grande famille, à proprement parler. Certes, il y a les tenants de l'approche gauchiste de l'anarchisme qui font plus ou moins front contre les prétendus "confusionnistes" que nous sommes. Mais les confusionnistes ce sont eux, puisqu'ils cherchent par tous les moyens à faire taire tout ce qui sort des clous de leurs dogmes idéologiques, et qu'ils dissimulent au public l'existence d'une autre approche de l'anarchisme. Ni de gauche ni de droite, celle-ci. En outre, ils sont eux-mêmes morcelés en de multiples chapelles rivales qui s'entredéchirent. Ceci dit, ces gens ont raison de dire que nous ne sommes pas du même monde, et encore moins de la même famille... Nous n'avons que peu en commun. Les nationaux-anarchistes n'ont aucune velléité de s'infiltrer chez eux, qu'ils soient tranquilles. Et qu'ils laissent donc en paix leurs dissidents, au lieu de chercher à persécuter le premier brin d'herbe qui dépasse. De toute façon, le national-anarchisme, celui que je conçois, ne se situe ni à droite, ni à gauche du Système. Il se situe en dehors et en face. J'ajoute enfin que nous répugnons de plus  en plus à nous qualifier de "libertaires". Le mot libertaire est souvent utilisé comme synonyme d'anarchiste, mais c'est un tort. Les libertaires font un véritable dogme  de la liberté sans entraves, ce qui  est la porte ouverte à toutes les dérives, y compris libérales. Les anarchistes, eux, refusent certes l'état et l'autorité hiérarchique, mais restent conscients de la nécessité de certains garde-fous.


Les nationaux-anarchistes sont parfois décrits comme racistes, crypto-fascistes voire néonazis. Comment vous justifiez-vous, par rapport à tout cela ?

HC : Tout d'abord, il est pour le moins aberrant de devoir sans cesse se justifier face aux accusations calomnieuses de quelques excités fanatisés. Je suis totalement opposé à la haine raciale, au racisme. Ce n'est pas parce qu'on s'oppose à l'immigration massive, arme du Capital comme le disait Marx, ni parce qu'on s'oppose à l'idéologie du métissage généralisé, qui vise à transformer tous les peuples en consommateurs-clones indiférenciés, que l'on fait profession de racisme. Ces allégations sont d'une rare stupidité, et constituent un travestissement de la vérité qu'il faut dénoncer sans relâche. Les nationaux-anarchistes entendent préserver la diversité du genre humain, richesse irremplaçable qui disparaîtrait à tout jamais en cas de grand mélange généralisé et incontrôlé. Si nous controns l'idéologie dominante du métissage, c'est parce que cette tendance constitue un danger pour cette diversité. Mais le libre choix doit être laissé à chacun. A aucun moment il ne nous viendrait à l'idée de rejeter une personne métisse, d'origines mêlées, ou en couple dit mixte. En la matière, nous exposons, nous proposons, mais nous n'imposons rien. En outre, nous avons des camarades de toutes origines et de toutes ethnies, et parfois de remarquables amis. L'internationalisme consiste à mon sens en une solidarité internationale entre tous les peuples en lutte pour leur émancipation, et non en une espèce de mondialisme négateur de toutes frontières et de toutes identités nationales.
Concernant les sempiternelles accusations de néonazisme et de crypto-fascisme, qui valent chacune un bon point Godwin, on démonte sans problème toute leur ineptie en pointant deux points fondamentaux. Tout d'abord, le fascisme repose sur le culte de la hiérarchie, de l'autorité et de l'Etat. Le national-anarchisme combat la hiérarchie, est anti-autoritaire et anti-étatique. Et enfin, le nazisme n'ayant été rien d'autre qu'une variété raciste et racialiste du fascisme, le national-anarchisme, qui n'est pas raciste mais ethno-différentialiste, ne peut davantage être qualifié de nazi que de crypto-fasciste. Tout ceci n'est pourtant pas bien sorcier à capter. Après, bien sûr, les pires aveugles sont toujours ceux qui se refusent à voir...


Que répondez-vous à ceux qui assimilent votre antisionisme à de l'antisémitisme ?

HC : Il faut en finir une bonne fois pour toutes avec ce terrorisme intellectuel qui consiste à assimiler systématiquement toute opposition au sionisme à de l'antisémitisme. Ceci est une vaste escroquerie. Le sionisme, c'est le nationalisme juif pro-israélien. L'antisionisme se place donc en opposition au sionisme sur le plan politique. L'antijudaïsme, lui, concerne la religion. Et l'antisémitisme -terme impropre puisque les Arabes sont eux aussi sémites- est la haine et le rejet du juif d'un point de vue "racial". Il n'y a donc objectivement aucun lien entre opposition politique à une doctrine et à une entité, opposition religieuse, et racisme.
Il y a même de nombreux juifs antisionistes, et ceux-ci ne sont pas les moins radicaux. Ceux qui prétendent le contraire mentent, et le savent très bien au fond d'eux-mêmes. Les nationaux-anarchistes ne sont pas antisémites. Ils se réfèrent même, entre autres, à Gustav Landauer, anarchiste juif allemand assassiné en 1919 par les forces réactionnaires. Les mensonges, les calomnies et la diffamation doivent cesser.



Certains vous reprochent aussi votre soutien à Kadhafi et à son oeuvre...


HC : La grande majorité de ceux qui croient imbécilement m'asséner un élément à charge en pointant cela sont généralement de grands ignorants, qui ne savent même pas de quoi ils parlent. Là encore, plus de 40 ans de propagande médiatique visant à diaboliser Kadhafi et "son régime" ont fait de sérieux ravages. Surtout sur les esprit faibles et les plus manipulables. J'en ai même vu qui en sont encore à confondre Kadhafi avec l'islamisme, alors que ce sont précisément les rats islamistes d'Al Qaïda et assimilés, soutenus par les criminels impérialistes de l'OTAN, qui ont tué la Jamahiriya libyenne ! Un comble !! Sans commentaires... Qu'ils passent outre leurs consternants préjugés, et qu'ils se donnent donc la peine de découvrir ce que sont vraiment les principes de la Troisième Théorie Universelle, du Socialisme vert. Ils auront ainsi la surprise de voir que tout repose sur la Démocratie directe, le socialisme non-marxiste, l'anti-impérialisme, l'abolition du salariat, la gratuité de nombreuses choses, le progressime sociétal etc. Tout ceci est parfaitement exposé dans le Livre vert de Mouammar Kadhafi, que je conseille très vivement. S'il y avait un pays dont le système se rapprochait le plus du socialisme libertaire, c'était bien la Jamahiriya libyenne. Du reste, Mouammar Kadhafi lui-même a plusieurs fois cité Proudhon, Bakounine et Kropotkine parmi ses propres influences. Ce n'est pas pour rien, et le Livre vert s'en ressent. Que l'on cesse donc de gober les mensonges des criminels impérialistes de 2011. Honte à ceux qui les ont approuvés ou qui sont restés indifférents.


Vous vous manifestez aussi dans les domaines de l'Ecologie profonde et de la défense des animaux. Ce combat est-il pour vous secondaire, par rapport à vos autres objectifs ?

HC : Pas du tout, tout est complémentaire. Pour les nationaux-anarchistes, la libération humaine, la libération animale et la libération de la Terre forment un tout indissociable. Ainsi que le proclamaient les camarades du Raven's Banner Collective en 1992 e.v., la conscience écologique, une conscience qui nous dit "Earth First !" -Terre d'abord- , doit être présente au coeur de toutes les transformations révolutionnaires de la société. Il en va de même pour la cause de nos frères animaux. Pour paraphraser Bakounine, je dirais que je ne deviens vraiment libre qu'avec la liberté des autres. L'industrie de la viande, l'élevage, la vivisection, la chasse, la pêche, la corrida, les cirques et les zoos menacent l'animal, être sensible, au même titre que la pollution, l'urbanisation outrancière et la surexploitation avide de leurs ressources menacent l'environnement et la Terre Mère. De surcroit, la monstrueuse exploitation des animaux a un impact catastrophique sur le plan environnemental et sanitaire, et donc aussi sur les humains. Tout est lié.


On vous classifie comme régionalistes, aussi.

HC : Ce terme de régionalisme est impropre. Il renvoie à la notion de "région", de "province" dépendante d'un état central. Nous ne sommes pas non plus forcément indépendantistes, lorsque cela suppose l'instauration d'un nouvel Etat-Nation. Le terme le plus approprié concernant les nationaux-anarchistes est celui d'autonomistes. Autonomisme bien plus radical que le désuet régionalisme, mais sans l'étatisme qui démange certains nationalistes indépendantistes. La doctrine nationale-anarchiste prône l'éclatement des Etats-Nations actuels, pour en faire de multiples régions autonomes, fédérées entre elles par affinités, et pouvant se regrouper au sein de grandes confédérations, ou fédérations de fédérations, à l'échelle d'un Etat actuel voire même continentale, par exemple. Et même ces régions autonomes fédérées pourraient être amenées à se doter elles-mêmes de structures fédérales, à tous niveaux. Ceci pour garantir une autonomie maximale à tout un chacun.
C'est en cela que nous sommes des fédéralistes intégraux, car partisans du fédéralisme externe et interne. D'où notre soutien global à beaucoup de luttes de libération nationale et sociale, non seulement au sein du prétendu Hexagone, mais aussi dans le monde entier.


Vous allez voter, aux prochaines élections ?

HC : Jamais de la vie, que les dieux m'en préservent ! Je ne signerai pas de chèque en blanc à des escrocs qui cherchent juste à être califes à la place du calife, et qui usurpent la souveraineté populaire en se drapant pudiquement sous les plis d'une fausse "démocratie".
La démocratie, la vraie, n'a strictement rien à voir avec cette sinistre mascarade des élections et de la fausse alternance. Ce système a trop vécu, et a suffisamment abusé les masses. Son temps est fini, comme doit se terminer l'ère des gouvernements et des Etats-Nations. Place à une démocratie réelle, par les peuples et pour les peuples.


Vous prônez la démocratie directe ?

HC : Oui, tout à fait. La pseudo-"démocratie" parlementaire indirecte, dite "représentative", n'est qu'une grossière falsification de la Démocratie authentique, mot qui a été complètement dépouillé de sa signification originelle. Le régime actuel n'est en aucun cas une démocratie. On pourrait même dire que c'en est tout l'inverse. Il s'agit en réalité d'une oligarchie, dans laquelle seul un petit nombre exerce le pouvoir et maintient son contrôle. Les nationaux-anarchistes prônent la Démocratie directe, réelle, avec contôle populaire et révocation éventuelle des mandatés. De nombreuses pistes sont à étudier et à retenir dans ce sens. Il y a déjà la première des trois parties du Livre vert de Mouammar Kadhafi, qui est consacrée à cette question de la démocratie directe et de son organisation, ce qui est fait avec brio. On pourra aussi se référer avec profit à la démocratie athénienne, aux exemples suisse et vénézuélien, à des expériences historiques diverses, telles que la Commune de Budapest en 1956, les anarchistes de Catalogne durant la guerre civile espagnole, l'expérience des makhnovistes en Ukraine etc. Et on peut aussi se tourner vers les initiatives citoyennes en ce sens qui fleurissent un peu partout en Hexagonie et en Europe depuis quelques années. On pensera, par exemple et entre autres, à la mouvance pour une démocratie réelle qui gravite autour d'Etienne Chouard.


Quelle est la position nationale-anarchiste par rapport au révisionnisme historique ?

HC : Cette question reste à la libre appréciation de chacun, les opinions sur le sujet pouvant être diverses et variées, en fonction des individus. L'Alliance Nationale-Anarchiste n'a en tout cas pas vocation à s'engager dans le militantisme pour la cause des historiens révisionnistes et de leurs travaux. Néanmoins, elle prend clairement position pour la liberté de recherche, d'expression et de publication/diffusion pour les révisionnistes, et pour l'ouverture de libres débats publics. Elle appelle de ses voeux l'abrogation de la loi scélérate et liberticide dite loi Fabius-Gayssot.


Vous impliquez-vous dans des actions dites de terrain ? Prônez-vous l'action violente ?

HC : A titre personnel, pas du tout. Les milices supplétives du Système, ces idiots utiles de l'ordre bourgeois que sont les gauchistes et autres "antifas", ont trop profondément gangréné les mouvements sociaux et militants dans leur ensemble pour qu'il soit opportun de se faire de quelconques illusions à ce niveau. Du moins, dans l'état actuel des choses. De toute façon, je doute de la compétence et du degré de conscience politique de la classe ouvrière, et je ne crois pas aux vertus de la révolution violente. En bon proudhonien qui se respecte, j'aspire à une révolution "en douceur", au moyen de réformes radicales et graduelles. Et avant toute chose, c'est la révolution des esprits qui doit tout d'abord porter ses fruits. Nous condamnons fermement les violences et les dégradations commises par des hordes gauchistes et "antifas" décérébrées, récemment.


Merci pour cet entretien. Pour terminer, quel est l'état actuel de la mouvance nationale-anarchiste ? Vos attentes sont-elles satisfaites ?

HC: La section anglophone, le National-Anarchist Movement (N-A.M.) animée par Troy Southgate, est à ce jour la section la plus développée et qui a le plus vaste impact à l'échelon mondial. L'Alliance Nationale-Anarchiste enregistre une progression de plus en plus nette de son audience, à mesure que s'effondrent les murs du mensonge et de la calomnie. Des sections existent aux USA, en Espagne, en Catalogne, en Italie, au Portugal, en Pologne, en Russie, en Hongrie, au Canada, au Brésil, en Australie...et j'en oublie sans doute. Le courant national-anarchiste est en pleine expansion internationale, actuellement. Notre message est finalement passé et bien passé. Nos adversaires et nos ennemis de tous bords devront dorénavant -et de plus en plus- compter avec cette force d'avenir que nous incarnons.

 

hans cany,national-anarchisme,races et ethnies,autodétermination,démocratie directe,ecologie profonde,bakounine,proudhon,antifas,anti-impérialisme

20/03/2014

VIDEO : Qu'est-ce que le NATIONAL-ANARCHISME ?

Voici la toute première vidéo nationale-anarchiste francophone de présentation.
A diffuser et partager massivement.

Sur Youtube :

 

Sur Dailymotion :


Qu'est-ce que le NATIONAL-ANARCHISME ? par Farkasember

 

national-anarchisme, hans cany, démocratie directe, autodétermination, autogestion, fédéralisme, ecologie profonde, bakounine, proudhon, identité & racines

04/12/2013

Le National-Anarchisme : un oxymore ?

Notre conception du mot «Nation» ne se rapporte absolument pas à une quelconque entité étatique (nous rejetons et combattons évidemment l' «Etat-Nation»), mais se rapporte à une entité FACTUELLE, à une collectivité naturelle et organique d'individus, qui se regroupent volontairement sur la base d'affinités communes (ethniques, culturelles, linguistiques, idéologiques, philosophiques...), et constituent ainsi une NATION à part entière, au sens profond, réel et noble du terme. En quoi une telle conception de la Nation serait-elle donc soi-disant «incompatible» avec l'idée anarchiste, n'en déplaise à certains ?...

Refusez de croire les calomnies et les contre-vérités que certaines crapules déversent sans relâche sur notre dos, et donnez vous donc plutôt la peine de lire ce qui suit, pour découvrir ce que nous sommes réellement !

L'idée d'anarchisme « patriotique » ou « national » n'a rien d'une invention nouvelle.

Pour ne mentionner que quelques exemples historiques parmi d'autres, Proudhon et Bakounine affichaient une conscience nationale/ « identitaire » très marquée. Ce fut également le cas de Louis-Auguste Blanqui. Ce dernier, même s'il n'était pas anarchiste au sens strict du terme, se réclamait malgré tout d'un socialisme révolutionnaire dont certains aspects sont étroitement apparentés au socialisme libertaire, et il est aussi le père de la fameuse formule « Ni Dieu ni Maître », si chère aux  anarchistes athées. Le théoricien anarchiste allemand Gustav Landauer (1870-1919), qui était de tendance individualiste (Nietzsche/Max Stirner), n'hésitait pas lui non plus à affirmer son « nationalisme ». Il proclamait : "Les différenciations nationales sont des facteurs de première importance pour les réalisations à venir de l'humanité, pour ceux qui savent distinguer de l'abominable violence étatique le fait vigoureux, beau, et pacifique de la Nation." Par le terme de "nation", Landauer comme Bakounine se référait à une entité organique, factuelle, et non pas à une entité politique. Et comme Bakounine, il se positionnait en faveur de l'autonomie de tous les peuples, dans un contexte libertaire et anti-impérialiste. En Ukraine, pendant la révolution russe, Nestor Makhno a lui aussi brillamment incarné cette tendance pendant la légendaire épopée de la « Makhnovtchina » (1918-1921). L'anarchisme qu'il prônait savait faire la distinction entre les notions de patrie et d' Etat ("Etat-Nation"). Makhno et ses partisans étaient d'authentiques patriotes ukrainiens qui combattaient pour la Liberté, à la fois contre les tyrannies tsariste, bolchevique, et étatique. Leur combat revêtait aussi la dimension d'une lutte de libération nationale, et était empreinte d'un sentiment identitaire très prononcé. Le tout, bien sûr, sous les plis du drapeau noir. Beaucoup d' "anars" contemporains feraient mieux de s'inspirer de leur souvenir, au lieu de verser dans un "antipatriotisme" et un "internationalisme" marxistoïde bête et méchant, qui fait au final le jeu du libéralisme apatride, et donc du Système dominant... Et au lieu de rejeter systématiquement le "passé" sous le seul prétexte qu'il s'agit du passé ! La confusion savamment entretenue dont fait aujourd'hui l'objet le terme de "nation", systématiquement assimilé au concept d'"Etat-Nation", doit désormais être dénoncée.

Les Nationaux-Anarchistes ont pour but la création de communautés décentralisées, indépendantes de toute entité étatique, et reposant sur l'association libre et volontaire d'individus se regroupant sur la base de leurs affinités (ethniques, culturelles, philosophiques...). Rejetant toute forme de pouvoir imposé, ils lui opposent la notion de Souveraineté, en vertu de laquelle les individus librement associés peuvent occuper leur propre territoire précisément délimité, et y vivre selon leurs propres choix, coutumes et principes. Ces espaces peuvent ainsi être régis de façon très différente les uns des autres, offrant à chacun un vaste éventail de possibilités en fonction de ses choix et aspirations, ainsi qu'une alternative véritable à la dictature de la majorité improprement nommée «démocratie» au sein des Etats-Nations. De surcroit, ces communautés autonomes peuvent éventuellement choisir de s'associer entre elles sur la base de leurs propres affinités et se fédérer, pouvant même aller jusqu'à s'associer plus largement sous la forme de confédérations (fédérations de fédérations), respectant et préservant l'autonomie de chaque composante, à tous niveaux. Il s'agit là d'une alternative véritable à tous les dogmes idéologiques de «droite» comme de «gauche», que ceux-ci se veuillent «modérés» ou «extrêmes». Une alternative qui respecte à la fois la liberté de l'individu, la liberté des collectivités volontaires d'individus, et la grande diversité du genre humain, richesse inestimable qu'il convient de préserver de toute uniformisation d'essence totalitaire.

Au delà des clivages systémiques ineptes de la gauche et de la droite, le National-Anarchisme est à présent implanté dans de nombreux pays du monde. Le développement de notre mouvance est à présent inexorable, rien ne parviendra à le stopper. Et les manigances de ceux qui cherchent à la discréditer sur la base de sophismes fallacieux resteront pitoyablement vaines.

Hans CANY
 

hans cany,national-anarchisme,anarchisme,proudhon,bakounine,autodétermination,autogestion,fédéralisme,identité & racines,anti-impérialisme

 

29/11/2013

La Désunion Maintenant : un Plaidoyer pour une Société basée sur de Petites Unités Autonomes

Europe_sans_Etats-Nations.gif

Nous aimons croire que la misère dans laquelle le monde se trouve est due au fait que l'humanité est divisée en trop de pays. Et nous aimons croire que tous les maux de notre globe seraient éliminés simplement en effaçant tous les états par l'union - les démocraties maintenant, les continents plus tard, le monde finalement. Les exemples qu'on cite d'habitude pour montrer la faisabilité de telles unions sont les Etats-Unis d'Amérique et la Suisse.

En ce qui concerne les Etats-Unis, ce n'est pas un modèle sur lequel on pourrait réorganiser l Europe parce que ce n'est pas une union d'entités différentes. Il n'y a aucune réelle différentiation entre les peuples, les langues, les coutumes et les races vivant dans les différents états. Il y a un seul peuple, le peuple Américain, qui vit aux Etats-Unis, lesquels sont pluriels de nom, mais non de fait. Les Etats-Unis ne sont pas un pays, c'est un pays. La seule leçon qui peut être tirée de sa forme constitutionnelle est que, malgré l'uniformité humaine qui le caractérise, il a été trouvé plus pratique de le subdiviser en 48 états au lieu d'essayer de diriger le continent entier de Washington par des représentants. Ainsi des différentiations ont été artificiellement créées parce qu'elles se sont avérées être une façon plus simple de réaliser l'union que ne l'aurait été l'unification.

Mais plus que les Etats-Unis, c'est la Suisse qui est considérée comme la preuve de la faisabilité des rêves unionistes même pour le Continent Européen, où ils n'y a ni type uniforme d'homme continental, ni langue commune, ni contexte culturel et historique commun. Là, dans un endroit minuscule dans les Alpes, trois ennemis jurés - des Italiens, des Allemands et des Français - se sont unis dans un but commun de liberté, de paix et de réussite économique. La Suisse pour l'unioniste, est l'exemple éternel de la faisabilité de la vie commune de nations différentes, et pour cette raison il la loue comme sa terre sainte.

Mais en réalité, la Suisse, aussi, démontre quelque chose de tout à fait différent de ce que l'on lui fait démontrer. La proportion de ses trois groupes nationaux (sans parler des Romanches, sa quatrième nationalité) est grossièrement de 70 % de germanophones, 20 % de francophones et 10 % d'italophones. Si ces trois groupes nationaux étaient en tant que tels la base de son union si renommée, il en résulterait inévitablement la domination du gros bloc germanophone sur les deux autres nationalités, lesquelles seraient dégradées au statut logique de minorités représentant seulement 30 % de la population totale. Les règles de la démocratie favoriseraient automatiquement cette évolution et les raisons pour les francophones et italophones de rester dans une entreprise principalement allemande disparaîtraient. Il n'y aurait aucun sens pour eux à écarter une réunion plus logique avec leurs peuples parents, qui, par leur nombre, ont formé les puissantes nations d'Italie et de France. Il n'y aurait pas plus de sens pour le bloc allemand à rester à l'extérieur du Reich.

En fait la base de l'existence de la Suisse et le principe de vie commune de groupes nationaux variés n'est pas la fédération de ses trois nationalités, mais la fédération de ses 22 états, qui représentent une division de ses nationalités et créent ainsi la condition préalable essentielle à n'importe quelle fédération démocratique : l'équilibre physique des participants, l'égalité approximative en volume. La grandeur de l'idée suisse, donc, est la petitesse de ses cellules qui en sont le garant. Le Suisse de Genève n'affronte pas le Suisse de Zurich comme un confédéré français un allemand, mais comme un confédéré de la République de Genève un confédéré de la République de Zurich. Le citoyen du canton germanophone d'Uri est autant un étranger pour le citoyen germanophone d'Unterwalden que pour les citoyens du Tessin italophone. Entre le canton de Saint Gall et la fédération suisse il n'y a aucune organisation intermédiaire du type " cantons de langue allemande ". Le pouvoir délégué à Berne dérive de la petite république membre et pas de la nationalité, parce que la Suisse est une union d'états, pas de nations. Il est important de se rendre compte qu'en Suisse vivent (approximativement) 700,000 Bernois, 650,000 Zurichois, 160,000 Genevois, etc, et pas 2,500,000 Allemands, 1,000,000 de Français et 500,000 Italiens. Le grand nombre de cantons fiers, démocratiques et presque souverains et le petit volume de population de chaque canton élimine toute possibilité d'ambition impérialiste de la part de n'importe lequel d entre eux, parce que sa population serait toujours dépassée par même une très petite combinaison d'entre les autres. Si jamais, pour faire allégeance à la simplification et la rationalisation contemporaine, une tentative de réorganiser la Suisse sur la base de ses nationalités réussissait, les 22 états " superflus " avec tous leurs parlements séparés et leurs gouvernements deviendraient trois provinces - non pas provinces de la Suisse, mais au contraire de l'Allemagne, de l'Italie et de la France.


Souveraineté Cantonale

Les gens qui argumentent pour une union de nations en Europe parce qu'ils croient que cette sorte d'union a été réalisée et a ainsi prouvé sa faisabilité en Suisse, n'ont jamais basé leurs merveilleux arrangements sur le principe de souveraineté cantonale ou de petit état. L'idée nationale a tant dérangé les esprits des penseurs politiques que, par contraste, la notion d'état, tellement plus flexible, adaptable et multipliable que celle de nation, a été presque entièrement oubliée. Car on a vu le mérite seulement dans les grands et les plus grands ensembles tandis qu on a pensé, et enseigné, que les petites entités étaient la source de toute discorde et de tout mal. Nous avons été instruits dans l'adoration de la grandeur, de l'universel, du colossal et nous nous sommes écartés du minuscule, du parfait et de l'universel à l'échelle la plus petite - l'individu, qui est le protoplasme de toute vie sociale. Nous avons appris à louer l'unification de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Italie et de l'Allemagne dans la croyance qu'ils donneraient naissance à une humanité unifiée. Mais elles n'a créé que des Grandes Puissances.

Si l'expérience suisse devait être appliquée à l'Europe, alors la technique suisse et non seulement l'apparence de son résultat - devra aussi être employée. Ceci consistera dans la division de trois ou n'importe quel nombre des blocs inégaux, en autant de parties plus petites qu'il sera nécessaire, pour éliminer toute prépondérance numérique conséquente. C'est-à-dire qu'il faudrait créer 40 ou 50 états également petits au lieu de 4 ou 5 inégalement grands. Sinon, même une Europe fédérée contiendra toujours 80 millions d'Allemands, 45 millions de Français, 45 millions d'Italiens, etc, ce qui signifie que n'importe quelle fédération européenne se terminerait par une hégémonie allemande de façon tout aussi inévitable que la fédération allemande, dans laquelle 24 petits états ont été liés avec la puissance d'une Prusse de 40 millions d habitants, s'est terminé par l'hégémonie prussienne.

La suggestion, donc, consiste à diviser l'Allemagne dans un certain nombre d'états de sept à dix millions d'habitants. Ceci pourrait être facilement fait puisque les anciens états allemands (ou un certain nombre d'entre eux) pourraient être reconstruits, et même la Prusse pourrait être divisée sur une base naturelle et historique. La division de l'Allemagne seule, cependant, n'aurait aucun effet permanent. Avec la tendance naturelle de toutes les choses vivantes, l'Allemagne se réunirait à moins que toute l'Europe ne soit cantonisée en même temps. La France, l'Italie et la Russie doivent être divisées aussi. De la même façon dans leurs cas leurs contextes historiques faciliteraient la tâche : nous aurons de nouveau une Vénétie, une Lombardie, une Bourgogne, une Savoie, une Estonie, une Biélorussie, etc. Mais comme avec les états allemands, ici aussi les nouvelles entités croîtraient de nouveau sur des bases ethniques, à moins d'être rassemblées dans de nouvelles combinaisons rendant la création d'états nationaux impossibles. C'est-à-dire que la vraie signification de la Suisse ou de l'Empire Austro-Hongrois devra être réalisée dans de nombreux nouveaux cas : les petits états seront fédérés, mais pas avec leur parent le plus proche, de telle façon que la nouvelle carte de l'Europe pourrait montrer une Poméranie-Pologne-Occidentale et une Prusse-Orientale-Baltique, une Austro-Hongrie-Tchécoslovaquie, une Bade-Bourgogne, une Lombardie-Savoie, etc. Alors les grandes puissances, qui sont la matrice de toutes les guerres modernes, parce qu'eux seuls sont assez forts pour donner à la guerre son atrocité moderne, auront disparu. Mais c'est seulement en découpant entièrement le continent européen qu'il sera possible d'éliminer honorablement l'Allemagne ou toute autre grande puissance sans avoir à infliger à aucune l'anathème d'un nouveau Versailles. Une fois que l'Europe sera divisée en paquets suffisamment petits, nous aurons la base suisse d'une Union Pan Européenne, basée non sur la collaboration de nations puissantes, mais sur la petitesse de tous les états.


Glorification du Petit

Tout ceci est une défense d'un principe très ridiculisé qui glorifie la souveraineté de la plus petite et non de la plus grande entité d'état - Kleinstaaterei, comme disent les allemands. Le théoricien de notre temps, qui semble être capable de voir seulement le grand et de s'émouvoir sur des mots comme "l'humanité" (personne ne sait ce que cela signifie vraiment et pourquoi il faudrait mourir pour cela), qualifie l'idée même de création de plus plutôt que de moins d'états de régression médiévale. Ils recherchent tous l'unionisme et le colossalisme, alors que l'unionisme n'est qu'une autre expression pour le totalitarisme, même s'il est pensé comme une garantie pour la paix. C'est le système à parti unique transplanté dans le domaine international. Contre le dédain de nos théoriciens je voudrais seulement signaler quelques uns des avantages de ce système "médiéval". L'unioniste dira que le temps où des centaines d'états ont existé était sombre et que des guerres y étaient menées presque continuellement. C'est vrai. Mais à quoi ressemblaient ces guerres ? Le Duc de Tyrol déclara la guerre au Margrave de Bavière pour un cheval volé. La guerre dura deux semaines. Il y eut un mort et six blessés. On s'empara d un village et on but tout le vin qui était dans la cave de l'auberge. La paix fut faite et 35 $ payés en dédommagements. Ni le Duché contigu du Liechtenstein ni l'Archevêché de Salzbourg ne furent au courant qu'il y ait eu quelque guerre que ce soit. Il y avait la guerre à un coin de l'Europe ou un autre presque chaque jour, mais c'étaient des guerres avec des conséquences minimes. Aujourd'hui nous avons relativement peu de guerres et elles ne sont pas pour de meilleures raisons qu'un cheval volé. Mais les conséquences sont considérables.

De plus économiquement les avantages de la coexistence de nombreux petits états étaient énormes, bien que les synchroniseurs et les économistes modernes ne soient pas d'accord avec cela depuis qu'ils se sont habitués à voir le monde à l envers. Au lieu d'une administration nous en avions vingt, au lieu de deux cents parlementaires nous en avions deux mille et, donc, au lieu de satisfaire les ambitions de quelques-uns, le système permettait de satisfaire les ambitions de beaucoup. Il n'y avait aucun chômeur parce qu'il y avait trop de professions identiques qui rivalisaient moins parce qu'elles étaient exercées dans plus de pays. Il n'y avait aucune nécessité de socialisme (une autre notion totalitaire), parce que la vie économique d'un petit pays peut être surveillée depuis son clocher sans les interprétations (quelque brillantes qu'elles soient) de Marx ou Schacht. Il y eut le développement des arts dans les nombreuses capitales qui excellèrent dans la création d'universités, de théâtres et dans la production de poètes, de philosophes et d'architectes. Et il n'y avait pas plus d'impôts que nous n'en avons maintenant, à l'époque de la rationalisation, où des gens et des entreprises ont été "économisés" pour des raisons économiques et où le phénomène du chômage est apparu. Nous nous sommes débarrassés de ce que nous pensions être le gaspillage des cours et des rois et avons ainsi créé la splendeur militaire des dictateurs. Nous avons ridiculisé la foule des petits états; maintenant nous sommes terrorisés par leurs rares successeurs.

Non seulement l'histoire mais aussi notre expérience propre nous ont appris que la vraie démocratie en Europe ne peut être réalisée que par des petits états. C'est seulement là que l'individu peut conserver sa place et sa dignité. Et si la démocratie est une idée digne d'intérêt, nous nous devons de créer à nouveau les conditions de son développement, le petit état, et donner la gloire de la souveraineté (plutôt que de rogner une institution que personne ne veut abandonner) à la communauté la plus petite et à autant de personnes que possible. Il sera facile d'unir de petits états sous un système fédéral continental et ainsi de satisfaire également, secondairement, ceux qui veulent vivre sur des termes universels. Une telle Europe représente une inspiration fertile et une image grandiose, bien que ce ne soit pas un image moderne que l'on peint d'un seul trait grisâtre. Ce sera comme une mosaïque avec des variations et une diversité fascinantes, mais aussi avec l'harmonie du tout organique et vivant.

C'est un système ridicule, conçu pour l'homme vu comme une réalité pleine d'esprit, vive et individualiste. L'unionisme, d'un autre côté, est un système mortellement sérieux sans humour, conçu pour des hommes en tant que collectivité et animaux sociaux d'ordre inférieur; et il me rappelle constamment, dans toute sa sérieuse complexité, le professeur allemand qui soumit à Satan un nouveau plan pour organiser l'Enfer. A quoi Satan répondit avec un rire à secouer les montagnes : "Organiser l'Enfer ? Mon cher Professeur, l'organisation, c'est ça l'Enfer."

Léopold Kohr



19:39 Publié dans Politique | Tags : autodétermination, fédéralisme, identité & racines, national-anarchisme | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

10/11/2013

Le national-anarchisme : retour aux fondamentaux de l'idée anarchiste

Le national-anarchisme est une idée méta-anarchiste qui affirme qu'il ne doit pas y avoir de hiérarchie entre les nations. Une nation, selon les nationaux-anarchistes, est un groupe humain qui s'associe de façon libre et volontaire selon différent critères qu'ils estiment être pertinents ( ils peuvent être biologiques, culturels ou autres ). De ceci découle un soutien à tous les autonomismes, au localisme, à la désunion, et à une promotion de la coopération entre les groupes humains. Il s'oppose au nationalisme qui prône l'unité selon un mythe fondateur palingénétique, et au mondialisme qui n'est que l'aboutissement de la logique de l'unité.

La logique de l'unité mène inévitablement à l'assimilation ou au « nettoyage ethnique » ( deux formes du génocide ). C'est donc la négation de la diversité bio-culturelle humaine. Les nationaux-anarchistes soutiennent donc par conséquent l'ethnopluralisme, bien qu'ils ne considèrent pas tous le facteur biologique comme important. Les nationaux-anarchistes ne sont pas forcément d'accord entre eux non plus sur ce que doit être la méthode d'organisation idéale d'un groupe humain. C'est pourquoi le national-anarchisme est un « méta-anarchisme ».


Pour ma part, être anarchiste, c'est être contre la hiérarchie, et donc pour l'égalité politique ( matérialisable par la démocratie directe/ athénienne ). Ce n'est pas être pour la liberté absolue ( c'est le libéralisme qui prône cela ). Je suis — sans réserve aucune — partisan de restreindre la liberté de l'autre de me causer du tort. La liberté n'est donc pas centrale à l'anarchisme et l'anarchisme est antithétique avec la liberté absolue ( la loi du plus fort est une hiérarchie de la force ).

Cela dit, l'anarchie a pour effet secondaire de permettre une plus grande liberté d'organisation des sociétés humaines que la hiérarchie. Je ne suis donc pas personnellement « libertaire ». Les dits « libertaires » sont le résultat de la confusion entre le socialisme et la gauche (le libéralisme) suite à l'affaire Dreyfus. Les dits « libertaires » qui se prétendent anarchistes (ou marxistes d'ailleurs), que l'on appelle communément « l'extrême-gauche », ont dévié de l'anarchisme tel que prôné par Proudhon ou Bakounine, en incorporant dans leur pensée des poncifs libéraux (comme prôner la polygamie et l'hypersexualisation). Rejeter le libéralisme ne signifie pas pour autant légitimer la pensée réactionnaire de l'idéalisation et du retour au passé, le nationalisme (les idées de droite).


Les autres personnes impliquées dans le courant national-anarchiste ont peut être une vision un peu différente de la mienne. Mais telle est, en tout cas, ma propre conception de la chose.

Voilà, j'espère, une petite explication concise qui permettra de comprendre mieux ce qu'est le national-anarchisme.

KNUT

 

AN-A_liberte_VERT.jpg

 

13:32 Publié dans Politique | Tags : national-anarchisme, fédéralisme, identité & racines, autodétermination | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

19/08/2013

MANIFESTE VERT & NOIR : pour un écologisme radical et enraciné

 

poing_racines_3.jpg

 À l’heure où la plupart des formations écologistes s’affichent en membres conformistes de l’establishment politicard, et adoptent la vision du monde anthropocentrique (centrée sur l’être humain) de la “civilisation” industrielle et marchande, nous affirmons que les principes et agissements de ce type de “civilisation” sont anti-écologiques, spécistes, et liberticides.



Nous entendons développer une nouvelle vision du monde basée sur la reconnaissance de la valeur intrinsèque de chaque composant de la Nature, ainsi que de l’interdépendance et des interactions qui existent entre tous les êtres vivants, végétaux et animaux (y compris l’animal humain).


Par opposition à l’écologisme “humaniste”, qui n’engendre qu’un simple “environnementalisme” politiquement correct et mollasson, nous nous affirmons en tant que défenseurs d’une conception “naturaliste” de l’Ecologie: l’ ECOLOGISME RADICAL, forme militante du courant philosophique connu sous le nom d’ ECOLOGIE PROFONDE.

Considérant en outre que le combat écologiste va de pair avec le combat pour la libération sociale/nationale des individus et des collectivités d’individus, nous n’hésitons pas à pousser notre raisonnement jusqu’à ses conclusions logiques, et nous nous posons donc comme partisans d’un idéal écologiste libertaire, identitaire et fédéral : celui que nous prônons dans le cadre du NATIONAL-ANARCHISME.

Nous considérons que pour défendre plus intensément notre Terre-Mère, il est important de ne pas s’en tenir exclusivement au domaine politique. La discussion doit en effet être également amenée sur le terrain philosophique ainsi que sur le plan métaphysique. Nous défendrons d’autant mieux Gaïa, la Terre-Mère, que nous ressentirons profondément les connexions existant entre elle et nous. La planète, la biosphère, et donc la Terre-Mère, sont alors envisagées comme une totalité vivante, et chaque élément, chaque être est partie intégrante de ce grand “Tout”. Que nous soyons athées, agnostiques ou néopaïens/panthéistes, la défense de notre Terre devient de ce fait une véritable “guerre sacrée”, et nous prônons en conséquence une redécouverte de nos véritables racines spirituelles ancestrales, en encourageant le retour à une étroite communion avec Mère Nature, sous les diverses formes que celle-ci peut revêtir.

Les nationaux-anarchistes rejettent tout compromis réducteur, en refusant de se situer dans le cadre du Système établi et de la pseudo-”démocratie” indirecte parlementaire et bourgeoise qu’ils combattent de toutes leurs forces. Ainsi,  ils ne se positionnent ni “à gauche” ni “à droite” de ce système et de cette société, mais EN-DEHORS ET EN FACE. L’Ecologie n’a pas à être prisonnière du moralisme “humanitariste” ni des dogmatismes “rouges”, “roses”, “bleus”, ou “bruns”. Elle doit simplement se parer d’un vert profond, et savoir s’affranchir du conformisme idéologique ambiant.

Les fondements idéologiques et les principaux axes de lutte des nationaux-anarchistes verts & noirs reposent sur :

-Le refus de tout compromis politique ou économique dans la défense de la Terre-Mère (ECOLOGIE GLOBALE ET RADICALE)

-Le soutien aux diverses initiatives et luttes pour la défense et la préservation de l’environnement: dénonciation des pollutions, promotion des énergies renouvelables et alternatives, du recyclage, etc… (ECOLOGIE PRATIQUE )

-Un rejet absolu de la dictature marchande mondialiste et du Système capitaliste, ennemis jurés de Gaïa, et la recherche d’alternatives sociales, politiques, et économiques à ce système honni: solidarités associatives, expériences autogestionnaires, nouveaux systèmes d’échanges et de production, etc (ECOLOGIE SOCIALE, SOCIALISME LIBERTAIRE, SUBVERSION VERTE, ET ANTI-PLOUTOCRATIE)

-Le combat pour la décentralisation, les actions locales et le développement des solidarités inter-régionales (AUTONOMIES LOCALES ET FÉDÉRALISME)

-La revendication du droit à l’autodétermination pour tous les peuples, communautés et groupes affinitaires, culturels ou ethniques, ainsi que la défense de leur droit inaliénable à préserver leur intégrité, leur identité, leur diversité, et leurs particularismes, dans la mesure où ces derniers ne nuisent pas à l’équilibre de la biosphère et ne relèvent pas de “traditions” barbares préjudiciables aux animaux (ECOLOGIE HUMAINE, LIBERATION NATIONALE, ANTI-IMPÉRIALISME, et SOLIDARITE INTERNATIONALE)

-Le rejet de toute logique anthropocentrée et nataliste, et la reconnaissance du phénomène de surpopulation humaine de la Planète comme danger mortel pour la pérennité de l’équilibre de cette dernière (ECOLOGIE HUMAINE ET NEO-MALTHUSIANISME)

-Un positionnement intraitable d’opposition à la mentalité spéciste, et pour la défense tous azimuts de nos frères animaux (LIBÉRATION ANIMALE, DEFENSE DES ANIMAUX, ANTI-SPECISME)

-La défense des libertés individuelles fondamentales, et en premier lieu de la liberté d’expression. Nous nous opposons résolument au hold-up idéologique et à l'accaparement de l'écologisme comme de l'anarchisme par les "antifas" et autres gauchistoïdes formatés de tous poils (RÉSISTANCE À LA PENSÉE UNIQUE)

Notre projet de société, anti-autoritaire, en rupture totale avec le principe centraliste et oppressif de l’”Etat-Nation”, s’articule autour du concept libérateur des “groupes d’affinités”. Il vise à créer de petites collectivités d’individus librement associés, des petites villes, des villages et des régions autonomes regroupés en fédérations, ces dernières s’inscrivant à l’échelle de chaque continent dans le cadre de grandes CONFÉDÉRATIONS DE PEUPLES SOLIDAIRES qui en assureraient la coordination. Ces diverses composantes s’administreraient elles-mêmes à travers le principe d’une DÉMOCRATIE DIRECTE ET DÉCENTRALISÉE, celle-ci s’appuyant sur la création et le fonctionnement de collectivités autonomes, de communes vertes, de congrès populaires, et de groupements autogérés.

Totalement libres et indépendants de toute structure hiérarchisée comme de tout parti politique, les nationaux-anarchistes verts & noirs entendent simplement oeuvrer à la diffusion et au développement des idéaux précités, par les moyens que chaque individu jugera appropriés à sa propre personnalité et à ses capacités.

Nous autres, nationaux-anarchistes, nous affirmons comme résolument écologistes, animalistes, enracinés, autonomistes, fédéralistes, anticapitalistes, anti-impérialistes, et totalement indépendants des conventions véhiculées par les divers lobbies institutionnels et “bien-pensants”, de droite comme de gauche, et que ceux-ci se veuillent autoritaires ou non. Nous autres, nationaux-anarchistes, de toutes origines sociales et ethniques comme de toutes nationalités, entendons simplement lutter pour la défense de la VIE, du FUTUR DE LA PLANETE, de NOTRE FUTUR, de nos IDENTITES, et de la LIBERTE !


Hans CANY 

A.N-A_vert.jpg

 

15/08/2013

CONTRE LE NOUVEL ORDRE MONDIAL : un point de vue anarchiste

 

etoile_noire.jpg

Une déclaration fort pertinente des anarchistes bakouninistes américains du RAVEN'S BANNER COLLECTIVE, avec qui j'ai entretenu une correspondance suivie dans la première moitié des années 1990.
(Les passages du texte en caractères gras ont été surlignés par moi-même)

H.C.




Colloque de "Third Way", Londres, le 21 juin 1992

Message du "RAVEN'S BANNER COLLECTIVE", Floride, USA




Tout d'abord, le Raven's Banner Collective remercie le magazine "Third Way" d'avoir eu l'ouverture d'esprit d'inviter des anarchistes à participer à sa conférence internationale. Nous tenons à préciser que nous ne parlons pas au nom de tous les anarchistes, bien qu'un grand nombre d'entre eux acceptent nos vues. Mais aujourd'hui, nous ne parlerons qu'en notre propre nom.

Notre analyse nous pousse à décrire le Nouvel Ordre Mondial (NOM) comme un mécanisme inventé par la classe dirigeante américaine, qui agit de concert avec les classes dirigeantes des autres pays capitalistes, pour asseoir le règne du Capital sur le monde. Nous désignons le Council on Foreign Relations, la Commission Trilatérale et le groupe de Bilderberg comme des entreprises qui participent directement à ce projet impérialiste.

Nous percevons le Capital comme la perversion, l'aliénation et l'instrumentalisation des forces productrices et créatrices de l'humanité. Dans la société capitaliste, le travail et l'ingéniosité des êtres humains, bases de la liberté humaine, sont transformés en forces exploitantes, corruptrices et asservissantes qui subjuguent les êtres humains.

Le capitalisme technocratique s'avère encore plus destructeur des valeurs humaines. Comme l'a souligné le sociologue critique français Guy Debord, dans un système basé sur la production de commodités, la société se mue en une immense accumulation de spectacles, dans lesquels les relations sociales sont médiatisées par le biais d'images entièrement fabriquées, artificielles, et tout ce qui, jadis, était vécu immédiatement, est devenu représentation.

Quand le "Nouvel ordre Mondial" en actes a été pris d'une fureur destructrice, a basculé dans l'horreur en perpétrant son attaque génocidaire contre le peuple irakien, tout en poursuivant son exploitation maximale du tiers monde par l'intermédiaire du FMI, de la Banque mondiale et des firmes transnationales, il a dépassé en brutalité l'inhumanité intrinsèque du capitalisme conventionnel.

Nous condamnons le pillage des peuples du monde par le Capital.Nous rejetons la déshumanisation et le caractère répressif de l'actuelle société du spectacle, qui réduit l'individu à un pion anonyme perdu dans une mégamachine urbaine et industrielle, et limite les aspirations et les besoins humains au style de vie consumériste.

En tant que socialistes libertaires, nous pensons que le pouvoir du Capital international ne pourra être brisé que par la puissance de la classe ouvrière internationale, non dans le but d'instaurer une nouvelle structure de domination, comme voudraient le faire bon nombre de marxistes, mais dans le but d'abolir toutes les institutions de pouvoir en tant que telles.

L'élimination du Capital et l'émancipation de la classe ouvrière doit être l'oeuvre de la classe ouvrière seule. Aucun parti d'avant-garde, aucun Etat autoritaire ne peut nous conduire par procuration vers la libération.

Les travailleurs peuvent se réapproprier leur humanité et recevoir la valeur réelle de leur travail en s'organisant sur la base de principes fédéralistes, et en agissant directement pour imposer l'autogestion, la propriété collective et la production de biens à usage social.

L'organisation dans l'esprit de l'initiative personnelle et de la responsabilité individuelle, telle est la clé de la victoire des opprimés sur l'oppression capitaliste. Le rôle du révolutionnaire, dans ce processus, est d'éclairer les masses et de les inciter à se "gouverner" elles-mêmes, tout en insistant sur les avantages de la coopération volontaire.

Les travailleurs du monde entier doivent de ce fait mobiliser leurs énergies et s'associer en collectifs, en communes, en syndicats, en coopératives, en congrès populaires, en communautés et en milices, pour former des fédérations aux échelons locaux, régionaux, nationaux et internationaux, et s'auto-administrer au moyen d'une démocratie directe et décentralisée.

Dans l'histoire, nous avons de tels exemples mis en place par des forces révolutionnaires : Commune de Paris, mouvement de Makhno en Ukraine, les principes voulus par la révolte de Kronstadt, la révolution espagnole, et l'insurrection hongroise de 1956.

Nous croyons que tous les peuples, toutes les nations et les cultures, tous les groupes ethniques ont le droit absolu de se préserver tels qu'ils sont et de s'auto-déterminer. Non seulement le NOM projette de détruire toutes les indépendances nationales et populaires, mais le Capital lui-même s'emploie sans interruption à éroder l'identité et la diversité des cultures, des nations et des peuples, afin d'imposer une monoculture globale basée sur le négoce. Il faut lutter de toutes nos forces contre cette homogénéisation de l'humanité.

Mais nous insistons aussi sur le fait que le renforcement de l'Etat-Nation n'est pas une solution pour résister aux déprédations du NOM. Car tout Etat-Nation tend à devenir un NOM en miniature. En tant qu'entité politique, l'Etat-Nation s'est imposé, généralement, aux dépens des faits ethniques et régionaux. L'Etat-Nation a toujours tendance à imposer sa propre variante de l'uniformité aux autres. Sur le plan intérieur, en organisant l'oppression autoritaire de la population en général, et des minorités en particulier. Sur le plan extérieur, en préparant des guerres d'agression, ou en pratiquant l'impérialisme et le colonialisme.


Mille ans d'histoire confirment notre vision contestataire de l'Etat-Nation, et démontrent que cette forme de structure politique a failli, et n'a pas accordé la liberté, la paix, la justice et la prospérité aux peuples.
L'Etat-Nation, tout comme le capitalisme, est obsolète.

L'Etat-Nation n'est pas synonyme de "nation", terme qui, dans son acception originelle et littérale, désigne la collectivité historique, unique en son genre, dans laquelle nait un individu, une personne.

Le besoin légitime des peuples de maintenir leur ethnicité, leur identité nationale et leur indépendance, ne sera jamais satisfait par l'Etat-Nation, porté par cette idéologie malveillante qu'est le nationalisme, mais sera au contraire satisfait par l'organisation des nationalités en fédérations, en régions et en communautés autonomes, fondées sur les principes que nous venons de décrire, à savoir ceux du socialisme libertaire.


Ce que nous venons de dire ne relève pas seulement d'un changement de terminologie : l'Etat, en tant que structure détentrice d'un pouvoir qui émane du haut et se répartit vers le bas, doit être remplacé par des corps autonomes et fédérés qui diffuseront le pouvoir "latéralement", permettant aux décisions de se construire à la base, au niveau des racines, pour s'affiner et grimper vers le haut.

Pour terminer, nous affirmons avec force que la conscience écologique -une conscience qui nous dit "Earth first !", la Terre d'abord, doit être présente au coeur de toutes les transformations révolutionnaires.

Ce que nous venons d'affirmer ici est forcément bref et général. Nous espérons que celles et ceux qui auront trouvé nos affirmations et nos remarques pertinentes feront l'effort d'approfondir leurs intuitions, en explorant les classiques de l'anarchisme, et en lisant les publications de la presse anarchiste.

Nous comprenons parfaitement que nos propositions peuvent sembler utopiques. Néanmoins, nous croyons que l'histoire et les aspirations naturelles de l'homme se situent de notre côté. Les véritables utopistes sont ceux qui cherchent à "réformer" d'une manière ou d'une autre ce monstre insatiable qu'est l'impérialisme capitaliste, ou, pire encore, à le remplacer par de nouvelles horreurs de type étatiste. Mais le rythme inouï des changements qui ont remué ce siècle, tant sur le plan technologique que sur le plan politique, démontre que les impossibilités d'hier peuvent parfaitement devenir les réalités d'aujourd'hui.

Nous, militants du Raven's Banner Collective, continuerons à travailler et à lutter pour nos objectifs libertaires. Et nous demeurons inspirés par ce slogan plein de sève, si souvent écrit à la hâte sur les murs de Paris lors de la révolte des étudiants et des ouvriers en mai 68 : "Soyons réalistes, demandons l'impossible !".


Raven's Banner Collective


Refuser l'idéologie du métissage : du racisme ?...

 

hans cany,identité & racines,autodétermination,races et ethnies

 

L'idéologie du métissage, dont on nous rebat les oreilles 24h sur 24 à peu près partout, est aujourd'hui une véritable pensée unique dont les politicards qui prétendent nous gouverner, de droite comme de gauche, se font toujours les plus fervents apôtres. A titre d'exemples, voici quelques citations on ne peut plus révélatrices, qui illustrent bien la parfaite connivence des différents acteurs du Système UMPS sur ce point précis, ce qui ne relève nullement du hasard :

 

. « il faut faire cette éducation du pays pour qu’il apprenne que désormais son avenir c’est le métissage... » (Julien Dray, PS)

 

. « Le métissage, je le dis ici, est une chance pour la France. Je serai la présidente de la France métissée et qui se reconnaît comme telle. » (Ségolène Royal, PS)


. « Notre avenir ? Une société métissée fière et énergique » (Valerie Pécresse, UMP)

 

. « Je veux être le président d’une France qui aura compris que la création demain sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre, je n’ai pas peur du mot, dans le métissage. » (Nicolas Sarkozy, UMP)

 

. « L'objectif, c'est relever le défi de metissage. En relevant ce défi, la France est fidèle à son histoire. » (Nicolas Sarkozy¨, UMP)

 

. « Je crois que l'immigration, le métissage sont une chance pour l'Europe » (Jean-Michel Quillardet, Grand Maitre du Grand Orient de France)    


Le fait de rejeter l'idéologie du métissage serait-il fondamentalement "raciste", comme certains se plaisent à le crier sur tous les toits ?... Absolument pas. Pour ma part, je m'oppose à la haine raciale et aux thèses «suprémacistes». Ma vision découle d'un attachement profond à ceux dont je me sens proche pour telle ou telle raison, et d'un sincère respect pour tous les autres. Cette position, que l'on peut désigner sous le nom d'antiracisme différentialiste, se situe totalement aux antipodes de la haine raciale, et se base fondamentalement sur le principe d'autodétermination pour tous les peuples et tous les groupes d'individus. De plus, je le répète, je ne souscris aucunement aux doctrines de la suprématie blanche, pas plus que je ne souhaite imposer ma vision du monde aux autres.

Il n'existe pas de races "supérieures", ni de races "inférieures". De mon point de vue, le facteur racial ne peut déterminer la valeur d'un individu de quelque façon que ce soit, ce qui est démontré de façon évidente par le simple fait que certains Noirs sont beaucoup plus estimables que certains Blancs, et vice-versa. Je suis fondamentalement opposé à l'idéologie du "melting pot", mais je n'en désire pas moins créer des liens d'affinités et d'amitié avec d'autres mouvements et individus, quelle que soit leur origine raciale ou ethnique. Je considère simplement le métissage global, à grande échelle, comme une menace très grave qui met en danger la diversité du genre humain en l'uniformisant peu à peu, de la même façon que la chasse et la pollution menacent le monde animal et l'environnement.

Ensemble, avec nos camarades du monde entier, nous devons chercher à défendre nos identités respectives face aux ravages du déracinement cosmopolite. L'unité dans la diversité, telle est la clé : au sein d'une humanité uniformisée et indifférenciée, pas d'échanges possibles !...
En soi, l'individu ne fait pas tout. Sa mentalité et sa vision du monde sont largement conditionnés par le milieu social, l'environnement physique et culturel au sein desquels il s'est construit. Donc, prendre en compte l'individu unique en tant que tel, oui, mais pas seulement. Nier l'individu en le réduisant à une simple composante d'un groupe, ou à contrario nier le groupe dont il est issu pour ne prendre en considération que l'individu déraciné, "affranchi" de tout déterminisme et de tout héritage, c'est dans chacun de ces cas extrêmes faire preuve d'hémiplégie morale et intellectuelle.

Il suffit d'ouvrir le petit Larousse pour y lire la définition du mot "racisme", qui est on ne peut plus claire :

RACISME n.m. 1. Idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les groupes humains, les "races"; comportement inspiré par cette idéologie. 2. Attitude d'hostilité systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes.

Il n'y a donc rien de commun entre le racisme et le simple fait de reconnaître l'existence évidente des races, qui constituent des subdivisions, des catégories au sein de l'espèce humaine. Refuser le métissage, c'est refuser l'uniformisation du genre humain, la destruction de sa diversité au moyen d'un mélange généralisé de toutes ses catégories. Le racisme consiste pour sa part à établir des hiérarchies de valeur entre lesdites catégories. Nuance, et elle est de taille... CQFD.

 

Hans CANY
(2008)
 

metissage.jpg

17:23 Publié dans Politique | Tags : hans cany, identité & racines, autodétermination, races et ethnies | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |