Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2015

L'abolition des frontières : une idée irresponsable

 

Frontieres.jpg

La question des frontières entre différents territoires donne aujourd'hui lieu à des débats passionnés. Bien évidemment, les frontières politiques des actuels Etats-Nations, ne tenant aucun compte des réalités historiques, linguistiques, culturelles, et régionales sont non seulement arbitraires, mais relèvent même parfois de la plus criante aberration. Seulement, allez demander aux Amérindiens, aux Palestiniens, ou aux Aborigènes d'Australie ce qu'ils pensent de l'absence totale de frontières reconnues, à la lumière de leurs tragiques expériences !...

 Qu'est-ce donc qu'une frontière, au juste ? Une frontière, c'est ce qui définit la territorialité, le droit pour un groupe d'individus d'être souverain chez lui, au même titre qu'un individu a droit à l'intimité et à la souveraineté en son propre domicile. Un individu insécurisé, non souverain chez lui, ne serait assurément pas libre. Il en va bien évidemment de même pour toute communauté, toute nation, sur le territoire délimité qui constitue son cadre de vie.

 Une frontière, c'est tout simplement ce qu'implique le droit à l'autodétermination, à l'autonomie et à l'indépendance pour tous les peuples et collectivités humaines. Sans territoires définis, sans délimitations précises, les notions d'autodétermination et de souveraineté/indépendance ne signifient plus rien.

 Une frontière, c'est ce qui marque la délimitation entre deux nations distinctes, c'est-à-dire entre deux groupes humains ayant chacun une identité ethno-culturelle qui lui est propre.

Par nation, au sens où l'entendent les  nationaux-anarchistes et autres fédéraux-socialistes, il faut comprendre entité ethno-culturelle ou culturelle , et non entité politique. La nation ne doit en aucun cas être être assimilée ou confondue avec l'Etat-Nation, qui pour sa part est d'essence politique, administrative et donc coercitive. L'ennemi, c'est l'Etat, et son avatar abstrait l'Etat-Nation. Mais pas le sentiment national réel, concret, qui en soi ne constitue aucunement un facteur aliénant et liberticide , ni n'implique le racisme, pas plus que la xénophobie. Le fait national est tout simplement un fait naturel, reposant sur la transmission héréditaire, d'individus à individus, de liens génétiques et  socio-culturels, ainsi que sur l'adhésion volontaire de chacun.

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination 

 Des esprits se voulant généreux et  pétris d'équité conçoivent apparemment que la suppression des frontières constituerait la panacée contre la xénophobie et le racisme, et qu'elle représenterait, à travers le prisme déformant d'une sorte d'idéologie de la repentance et de la rédemption éternelles, le juste prix à payer pour répondre collectivement de fautes commises jadis par nos aïeux. En d'autres termes, on attend des "réparations" de la part de gens qui n'ont personnellement commis aucune faute, au bénéfice de gens qui, pour leur part, n' en ont jamais subi préjudice. Double non-sens, fondé sur le sophisme de la culpabilité collective et héréditaire.
D'autres souhaitent simplement ouvrir les portes des pays industrialisés et traditionnellement impérialistes à l'immigration en masse des populations pauvres.

En réalité, outre son caractère dangereusement irresponsable, cette idée de libre circulation totale et sans entrave, si généreuse qu'elle puisse sembler a priori, ne tient aucun compte d'un fait pourtant évident : les problèmes sociaux, économiques, politiques, culturels et religieux des pays du Tiers-Monde ne seront nullement résolus par une fuite en masse de leurs ressortissants vers les pays dits "riches". Bien au contraire, serait-on même tenté d'ajouter.

 Pour les pays d'accueil, l'impact sur l'environnement social comme écologique d'un flux migratoire aussi colossal serait catastrophique. Et nul n'est besoin de mentionner le cataclysme économique et le déséquilibre ethno-démographique qu'il engendrerait.

Néanmoins, quelles que soient les politiques d'immigration à venir, l'Occident devra tôt ou tard faire face aux conséquences de son exploitation permanente des nations d'Afrique, d'Asie, et d'Amérique latine. La véritable solution aux conditions misérables que subissent les peuples de ces trois continents réside, comme pour tous les autres peuples, dans une véritable révolution sociale émancipatrice, dans leur affranchissement des carcans obscurantistes et théocratiques, dans la préservation et la mise en valeur de leurs particularismes ethno-culturels les plus enrichissants.

 La suppression des frontières est un thème très répandu à l'heure actuelle dans la propagande des mouvements "radicaux", que ceux-ci soient de sensibilité libertaire ou d'extrême-gauche. Pourtant, ce concept, outre sa dimension hautement utopique, implique de possibles développements racistes, impérialistes, et écologiquement dévastateurs qui ne sont que fort rarement analysés. 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 Les libéraux, désireux d'asseoir leur domination politico-économique sur le monde entier par la mondialisation du capitalisme, ne tendent-ils pas, eux aussi, à nier les frontières et à encourager l'uniformisation ?... 

L'objectif plus ou moins avoué du libéralisme économique et sociétal, c'est le grand magma planétaire indifférencié. C'est la poursuite d'une uniformisation toujours plus globalisante voire totalitaire, pour qu'à force de brassages et de mélanges les identités et les particularismes disparaissent. Pour faire de l'humanité une armée de zombies indifférenciés,  de consommateurs-clones malléables et redevables à merci, identiques de Los Angeles à Vladivostok comme de Reykjavik à Tombouctou , ou encore de Paris à Pékin, le grand rêve de l'ultralibéralisme a toujours été de s'affranchir de l'autorité des  frontières.

Le capitalisme libéral est par essence cosmopolite, apatride. Les seules lois et les seules valeurs qui le régissent sont  les prix de revient et les bénéfices. Il n'a que faire des nationalités, des souverainetés populaires et des frontières, et souhaite continuellement les affaiblir et les faire disparaître, consacrant ainsi le triomphe de l'économique sur le politique.

Effacer les frontières, détruire les indépendances nationales, c'est l'objectif ultime du grand Capital multinational et apatride. Prôner l'abolition des frontières, c'est objectivement jouer le jeu des libéraux, en leur servant d'idiots utiles, manipulables à volonté.

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination  

 Des frontières se sont créées puis sont tombées dans le passé, d'autres tomberont ou se créeront dans le futur, et les composantes ethniques de diverses régions du globe continueront à subir des changements plus ou moins accentués : tels sont les impératifs de l'Histoire. L'internationalisme anti-étatique est bien entendu partagé par tous les anarchistes et les socialistes anarchisants, pour qui la notion de solidarité internationale n'est généralement pas un vain mot.

 Les problèmes qu'implique le maintien des frontières actuelles sont hélas particulièrement criants pour des peuples sans souveraineté reconnue comme les Basques, les Bretons, les Flamands, les Corses, les Kurdes, ou encore beaucoup de peuples africains, américains et asiatiques dont les terres ont été spoliées, escamotées par des lignes tracées sur une carte.

Les gouvernements et les Etats ne doivent pas s'interposer sur le chemin de l'autodétermination des peuples et des individus. Et il ne doit pas y avoir de frontières limitant la solidarité, l'entraide, et la coopération volontaire. Pour autant, la négation des frontières et des nationalités constitue le piège ultime qu'il convient d'éviter, sous peine de scier la branche sur laquelle on est assis, et de se faire l'instrument du cancer mondialiste.

Ainsi donc, le combat internationaliste doit être compris et appliqué dans le sens le plus équitable : pas de frontières limitant la solidarité, et pas de frontières imposées contre leur gré à des groupes humains sans souveraineté. En revanche, pourquoi nier le droit des peuples et des groupes humains à l'autodétermination et à la souveraineté territoriale ? Le choix individuel des "apatrides" volontaires, en soi, est certes respectable. Mais il cesse de l'être à partir du moment où ils entendent l'imposer de façon universelle, en refusant aux autres le droit de se constituer en entités collectives souveraines.
 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 Par le refus de toute logique génocidaire ou assimilationniste , il convient de lutter pour le pluralisme, car la diversité ethnique, culturelle, et linguistique est le fondement même de la richesse de l'humanité. Par la solidarité de tous les peuples en lutte contre l'impérialisme de par le monde, il convient donc d'opter pour un inter-nationalisme véritable qui, au lieu de nier et de rejeter les différences, au lieu de détruire les souverainetés et les autonomies, les reconnaît et œuvre à leur préservation.

 L'internationalisme consiste à mon sens en la solidarité internationale de tous les peuples opprimés et des exploités en lutte contre leurs oppresseurs et leurs exploiteurs, et non en une sorte de mondialisme massifiant, uniformisant et négateur de toutes les frontières.

 Il ne s'agit pas ici de plaider en faveur des rivalités et de la division du genre humain, mais bien au contraire pour L'UNITE DANS LA DIVERSITE, sur des bases fédéralistes. Car l'autodétermination, l'autonomie, l'indépendance et la souveraineté sont tout simplement des questions de LIBERTE. Liberté de choix, liberté d'association.

 

Hans CANY

 

 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 

 
QUELQUES CITATIONS AU SUJET DES CONCEPTS DE NATIONS, DE NATIONALITES, D' INDEPENDANCES NATIONALES ET DE PATRIES :

 

"Les différences nationales sont des facteurs de première importance pour les réalisations à venir de l'humanité, pour ceux qui savent distinguer de l'abominable violence étatique le fait vigoureux, beau, et pacifique de la Nation."

 

 Gustav LANDAUER (1870-1919)

 

 

"L'Etat n'est pas la patrie. C'est l'abstraction, la fiction métaphysique, mystique, politique, juridique de la patrie. Les masses populaires de tous les pays aiment profondément leur patrie; mais c'est un amour réel, naturel. Pas une idée : un fait... Et c'est pour cela que je me sens franchement et toujours le patriote de toutes les patries opprimées."

 

 Mikhaïl BAKOUNINE ("Circulaire à mes amis d'Italie", 1871)


"Si, en 1840, j’ai débuté par l’anarchie, conclusion de ma critique de l’idée gouvernementale, c’est que je devais finir par la fédération, base nécessaire du droit des gens européen, et, plus tard, de l’organisation de tous les Etats."

Pierre-Joseph PROUDHON
, 1862



"La force motrice de l'histoire humaine est le facteur social, c'est-à-dire le facteur national. Le lien social qui assure la cohésion de chaque groupe humain, de la famille à la tribu et à la nation, est le fondement même de la dynamique de l'Histoire."


Mouammar KADHAFI (in le Livre vert, 3ème partie)



"Nous croyons que tous les peuples, toutes les nations et les cultures, tous les groupes ethniques ont le droit absolu de se préserver tels qu'ils sont et de s'auto-déterminer. Non seulement le Nouvel Ordre Mondial (NOM) projette de détruire toutes les indépendances nationales et populaires, mais le Capital lui-même s'emploie sans interruption à éroder l'identité et la diversité des cultures, des nations et des peuples, afin d'imposer une monoculture globale basée sur le négoce. Il faut lutter de toutes nos forces contre cette homogénéisation de l'humanité."

Raven's Banner Collective (collectif anarchiste, USA)

 

 

hans cany,proudhon,bakounine,national-anarchisme,identité & racines,races et ethnies,autodétermination

 

11/07/2015

Ce qu'est la Ligue Nationale-Anarchiste (L.N.A.)

1939748_564515890318794_417626406357372375_n.jpg

 

La Ligue Nationale-Anarchiste (L.N.A.), comme son nom l'indique, est une ligue dont l'objectif est de fédérer les nationaux-anarchistes de langue française dans le monde entier. La L.N.A. constitue une section francophone autonome du mouvement National-Anarchiste (National-Anarchist Movement, N-AM) mondial.


La L.N.A. est un réseau de liaisons, de contacts et d'amitiés pour l'expression et l'action nationales-anarchistes, et s'emploie à combattre toutes les formes de conformisme, y compris le conformisme dogmatique qui imprègne une grande partie des milieux "anars" ou "libertaires" conventionnels.

La L.N.A. est constituée par l'association libre et volontaire de nationaux-anarchistes francophones de toutes origines raciales et ethniques, quel que soit leur pays de résidence.


La L.N.A. n'est pas, à proprement parler, une organisation.
Elle est davantage une tribune d'expression de la pensée nationale-anarchiste, et est avant tout un "think tank", un laboratoire d'idées, un cercle de réflexion. Constituant une association d'individus et d'esprits libres, elle se refuse catégoriquement à "organiser", ce qui reviendrait à réglementer une idée commune de la liberté, et à enfermer le national-anarchisme dans des dogmes figés et uniformisants.


Notre formule d'association par la LIBRE ENTENTE, résiliable à la volonté de chacun(e), sans cartes, sans adhésion bureaucratique, sans hiérarchie, sans "dirigeants" ni cotisations imposées, est la seule formule qui soit acceptable pour l'anarchiste authentique, la seule qui permette des initiatives collectives basées sur l'acceptation volontaire et la conscience individuelle.
En outre, la L.N.A. préconise pour chacun la voie de l'action individuelle, chaque national-anarchiste ne parlant qu'en son propre nom. Il peut donc y avoir chez nous une grande variété de conceptions de l'anarchisme, d'opinions, de points de vue, et il est bien entendu nécessaire de faire écho à tous. Les nationaux-anarchistes ne sont pas tous systématiquement d'accord entre eux. Leurs orientations et références respectives peuvent être très différentes les unes des autres, voire diverger plus ou moins fortement. Néanmoins, au-delà de ces différences plus ou moins marquées, les nationaux-anarchistes partagent un certain nombre de valeurs et de principes fondamentaux, qui constitue leur socle doctrinal commun, et qui les distinguent clairement des anarchistes conventionnels.

Entre notre L.N.A. et les diverses organisations dites "anars" ou "libertaires", la différence n'est, de prime abord, pas particulièrement flagrante aux yeux d'un néophyte. Mais pour les plus avertis, cette différence est de taille.
Notre position peut se résumer comme suit :


. Contrairement à l'approche gauchiste de la mouvance dite "libertaire" ou "anarchiste", le national-anarchisme ne condamne et ne rejette aucunement les concepts de nations, de patries, de frontières, de peuples, de races et d'ethnies. Résolument opposé à tout racisme (hiérarchisation des races et des ethnies), à tout racialisme (le fait racial considéré comme moteur central de l'Histoire) comme à tout suprémacisme, le national-anarchisme authentique promeut la reconnaissance et la préservation des héritages et des particularismes ethno-culturels, et prône en conséquence l'ethnodifférentialisme, ou ethnopluralisme. Le national-anarchisme distingue la Nation réelle (communauté organique réelle) de l'Etat (institution administrative autoritaire, hiérarchisée et plus ou moins centraliste). Par conséquent, les nationaux-anarchistes prônent la destruction, l'abolition totale de l'Etat-Nation, et le droit fondamental à l'autodétermination et à la sécession pour toutes les nations réelles, pour toutes les communautés et groupes humains librement constitués sur des bases affinitaires et/ou d'héritages ancestraux communs : affinités d'ordre linguistique, ethno-racial, religieux/spirituel, politique, philosophique etc. De ce positionnement découle logiquement un refus de toute hiérarchie entre les nations, de tout centralisme uniformisant, assorti d'un soutien global à la plupart des autonomismes et des velléités séparatistes et/ou fédératives. Les nationaux-anarchistes adhèrent par conséquent aux principes du fédéralisme intégral (interne comme externe, à tous niveaux), du socialisme autogestionnaire non-étatique, du droit à la territorialité souveraine, de l'écologie profonde, de même, pour nombre d'entre eux du moins, à ceux de la démocratie directe. Les nationaux-anarchistes s'opposent à l'oppression étatique, de la même façon qu'ils rejettent et combattent également l'impérialisme, le sionisme et toutes formes de colonialisme.

. Tous ceux qui ont voulu faire de l'anarchisme une "organisation" de type gauchiste (genre FA, CNT, AL, UA, OCL etc) sont des gens ayant des attaches solides avec les milieux syndicalistes réformistes, ainsi qu'avec divers milieux politicards non-anarchistes. Par exemple, beaucoup d'éléments de la FA et de la CNT fricotent allègrement avec le PS ou les trotskards, et les orgas comme l'OCL ou "Alternative Libertaire" (sic) sont carrément constituées de crypto-marxolâtres qui s'acoquinent avec les trotskards du NPA (ex-LCR), ainsi qu'avec des structures syndicales comme la CGT, SUD, "Solidaires" etc. Ces organisations relaient en outre tous les poncifs de l'extrême-gauche marxistoïde, et s'investissent fortement dans tous les combats d'arrière-garde du gauchisme militant : hystérie "antifasciste", soutien aux "sans papiers" et à l'immigration massive sous couvert de "libre circulation", engagement dans des mouvements sociétaux prônant l'hypersexualisation et la théorie du genre, dans le lobbying de minorités sexuelles ou libéro-féministes (LGBT, Femen...), participation à des mouvements "sociaux"estudiantins etc.

. Les diverses organisations gauchistes dites "anarchistes" ou "libertaires" acceptent en leur sein des Francs-Maçons qui les noyautent, et dont on peut légitimement mettre en doute la bonne foi. Le fait est pourtant dépourvu de toute équivoque : initié secrètement au sein de structures fortement hiérarchisées et élitistes, un Franc-Maçon ne peut tout simplement pas être anarchiste. Les idéaux et les intérêts maçonniques divergent radicalement de ceux des anarchistes authentiques, a fortiori depuis le début du XXème siècle. Ce sont en effet les Francs-Macs de diverses obédiences qui ont fait de la FA, par exemple et entre autres, le véritable "parti" ou plurtôt groupuscule "anarchiste" qu'elle est aujourd'hui. Le syndicaliste qui, dans le secret des loges, fraternise avec le patron, le banquier, le politicien véreux, le magistrat et le flic, tout ça dans un but tout aussi obscur que douteux, voila ce qui devrait, pour le moins, éveiller la méfiance de tout anarchiste sincère et conscient. Les nationaux-anarchistes dénoncent l'action et l'influence néfastes exercées par les diverses obédiences maçonniques non seulement au niveau politico-social de façon globale, mais aussi, à un niveau plus restreint, sur beaucoup de mouvements se voulant plus ou moins contestataires et radicaux.


Voila donc, en résumé, ce qui nous sépare de toute cette soupe "libertaire", qui cherche toujours à nous calomnier à bon compte et à nous discréditer par tous les moyens. Méfiez-vous de ces organisations gauchardes qui prétendent incarner une sorte d' "orthodoxie" au nom d'un arbitraire monopole idéologique, et qui, sous leurs vocables de "Fédération", d' Union", de "Confédération" ou d' "Alternative" ne cherchent qu'à vous embrigader, le plus souvent sous la houlette d'opportunistes et d'arrivistes qui ne font que passer rapidement dans ces organisations prétendument "anars". Tout ceci sous le regard bienveillant des gens de pouvoir, et donc avec la complicité du système autoritaire et hiérarchique. Comme les petits-bourgeois de mai 68, ces gens-là passeront facilement du pétard au cigare...

Même si nous devions toujours rester seuls, nous autres, nationaux-anarchistes de la L.N.A., aurons clairement affirmé notre refus catégorique de nous soumettre à une certaine pensée unique. Nous ne sommes ni des moutons, ni les idiots utiles de personne. Nous aurons au moins la satisfaction de nous être affirmés en tant que force émancipatrice mais enracinée, et d'avoir su repousser avec force les compromissions diverses et variées qui orientent toute rébellion vers des voies de garage aux finalités douteuses, quand elles ne la canalisent pas purement et simplement par le biais de récupérations malhonnêtes. C'est cela, selon nous, la raison d'être de la L.N.A.


Nous n'avons pas à "repenser" l'anarchie avec chaque période. L'anarchisme national, patiotique, n'a rien d'un oxymore ni d'une invention récente, puisque ce courant de pensée était déjà en gestation chez différents "pères" de l'idéal anarchiste, à commencer par Pierre-Joseph PROUDHON, Mikhaïl BAKOUNINE ou encore Gustav LANDAUER, pour ne citer que trois d'entre eux. L'anarchie n'a pas non plus à se positionner "à gauche" (du Système) ni "à droite" (du Système). L'anarchie selon nous n'est ni "de droite" ni "de gauche" : elle se situe EN-DEHORS ET EN FACE.

Le national-anarchisme n'est donc ni un "anarchisme de droite", ni un gauchisme libéral-libertaire, ni un "libertarianisme" ultra-libéral et cosmopolite, ni un nationalisme de type étatique. Le national-anarchisme est aujourd'hui une idée renaissante, une force d'avenir qui se développe inexorablement dans le monde entier, au sein de chaque pays, de chaque nation, et en toutes langues. Le but de la L.N.A., librement associée au N-AM inter-national, c'est d'en faire entendre et connaître la voix, et d'oeuvrer dans un but constructif.

Ligue Nationale-Anarchiste
Le 11 juillet 2015 de l' Ere Vulgaire

 

LNA_regles.jpg

BLOG OFFICIEL DE LA L.N.A. :
http://national-anarchisme.hautetfort.com

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Page officielle de la L.N.A. :
https://www.facebook.com/alliancenationaleanarchiste


Groupe national-anarchiste francophone :
https://www.facebook.com/groups/nationalanarchisme

VERT & NOIR, groupe N-A pour un écologisme radical
et enraciné, et pour la cause des animaux :

https://www.facebook.com/groups/vertetnoir

 

Etoile_noire_NA_international_GREEN.jpg

04/07/2015

Notre fédéralisme va bien au-delà du principe de subsidiarité

 

Le fédéralisme intégral dont nous autres, nationaux-anarchistes, nous nous réclamons, se projette plus loin que le fameux principe de  subsidiarité  auquel se réfèrent  les uns comme les autres.

Pour résumer la problématique  en peu de mots, disons simplement que le principe de subsidiarité consiste en une certaine "décentralisation", en ceci qu'il entend permettre aux localités de décider et d'appliquer ce qu'il est "possible de faire" localement.

En clair, la subsidiarité se borne donc à la délégation d'une partie des pouvoirs du centre vers la périphérie, sans remettre en question le moins du monde la prédominance de ce pouvoir central. A contrario, le fédéralisme intégral auquel nous nous référons implique une réelle autonomie des collectivités locales, et une authentique émancipation des individus-citoyens. Il n'entend pas juste déléguer une partie des prérogatives du centre suzerain vers une périphérie vassale, mais bel  et bien affranchir ladite périphérie  de la tutelle du centre, en  lui donnant des prérogatives réelles et qui ne se limitent pas à des questions d'ordre plus ou moins secondaire.

En somme, la subsidiarité, même si elle peut éventuellement être perçue comme une étape, une avancée dans un sens positif, ne saurait en aucune manière être un but en soi. L'objectif réel, à ne jamais perdre de vue, étant l'autonomie substantielle, via le principe fédératif, et dans un cadre fédéral, voire confédéral.


La préface au "Principe fédératif" de Proudhon, dont je reproduis le texte plus bas, développe cette distinction essentielle qu'il convient d'opérer entre simple subsidiarité -accommodable à plus ou moins toutes les sauces- et fédéralisme authentique.

Hans CANY


Proudhon_4.jpg

 

 

Préface au "Principe fédératif" de Pierre-Joseph PROUDHON
(Editions ROMILLAT)

 

Du PRINCIPE FÉDÉRATIF au PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ


Fédéraliste, anarchiste, utopiste : il n'en faut pas plus pour vous déconsidérer à tout jamais auprès des gens sérieux. Jugez-en par vous-mêmes en tentant l'expérience suivante: au cours d'une réunion entre amis, proposez de débaptiser la République Française, et de la renommer République Fédérale de France. Le résultat est garanti.
On vous menacera des pires catastrophes, on vous annoncera la fin de la France, on dénoncera sa germanisation accélérée ou son américanisation inéluctable... Comme si l'adoption d'une Constitution fédérale nous promettait le démembrement du territoire national, l'indépendance des bretons, des corses, des basques et pourquoi pas le retour de Nice et de la Savoie à quelque Padanie indépendante !

Proudhon notait déjà: « Le peuple français se démoralise, faute d'une idée. L’intelligence de l'époque et de la situation lui manque : il n'a conservé que l'orgueil d'une initiative dont le principe et le but lui échappent. Aucun des systèmes politiques qu'il a essayés n'a pleinement répondu à son attente, et il n'en imagine pas d'autre.»

Qu'opposerait-il à cette démoralisation?

 

PRINCIPE FÉDÉRATIF versus PRINCIPE DE SUBSIDIARITÉ


Si l'on s'avise à chercher à quels éléments théoriques se réfèrent aujourd'hui les partis politiques français se revendiquant de l'idée fédéraliste - malicieux, Proudhon, à qui on ne fait pas facilement prendre des vessie pour des lanternes, souligne à ce propos « que de fois le moyen-âge ,n'a-t-il pas vu les Gibelins se faire Guelfes, et les Guelfes se changer en Gibelin! » -, on trouvera que tous mettent en avant le principe de subsidiarité.

On ne sait pas toujours que ce principe ressort de la doctrine sociale de l’Église catholique. Que dit l’Église ? Qu'un dirigeant ne doit pas faire ce que ses subordonnés ont la capacité et le pouvoir de réaliser eux-mêmes. Elle condamne non seulement l'abus de pouvoir, mais dénonce cette action comme péché dont le dirigeant se rend coupable. Transposé au plan politique, la Région ne doit pas faire ce que peut faire la Commune, et l’État ce que peux faire la Région. Encore que l'on sache mal ici, lorsqu'il y a faute, quelle est la sanction.

Peu de références dans les discours à la théorie fédérative.

L'idée de Fédération semble donc en France définitivement corrompue d'anarchie. C'est la Gaule avant César, la Fronde, la Gironde et la Commune acharnées à la perte de la Nation. Parler de Proudhon ne fait dès lors que mettre le feu aux poudres. Et pourtant...

Revenons un instant au principe de subsidiarité. S'opposant à toutes les formes de collectivisme, l’Église catholique, qui se qualifie ici d'«experte en humanité», stipule à ce sujet que « ni l’État ni aucune société ne doivent jamais se substituer à l'initiative et à la responsabilité des personnes et des communautés intermédiaires au niveau où elles peuvent agir, ni détruire l'espace nécessaire à leur liberté.»   ( Congrégation pour la doctrine de la foi, Instruction sur la liberté chrétienne et la libération, septembre 1984).

On ne peux qu'approuver, reconnaitre le chemin parcouru depuis Vatican II, juger favorablement l'éloignement des théories ultra-montaines qui étaient encore celle de l’Église au siècle dernier - même si l'oubli semble venir un peu vite laver le passé anti-humaniste des anciens «expert en humanité» ...

Certes. Mais refuser que l’État ou la société ne s'immiscent indûment dans la sphère privée, c'est encore admettre l’assujettissement de l'homme à un pouvoir qui lui est extérieur. C'est préjuger d'une organisation verticale hiérarchisée de la société où, si l'on dénonce comme péché l'abus de pouvoir, on encourage la subordination des citoyens. Le peuple souverain se voit reconnu son droit de déléguer librement et démocratiquement son pouvoir aux élus et à l’État ; il leur doit en retour une tranquille obéissance.

Rien de tel chez Proudhon.

Ce n'est pas à l’État ou un monarque qui délègue son pouvoir de haut en bas à chaque étage de la hiérarchie sociale, mais à l'inverse un échange contractuel, où l'on se délègue de souveraineté que si s'avère indispensable à l’exécution d'un projet commun.

Il veut l'homme libre. Il écarte sans hésiter la discipline coercitive. Pas de "lendemains qui chantent" ou d'impératifs religieux auxquels asservir l'individu.

 

LE CONTRAT


L'idée de contrat est pour lui l'idée dominante de la politique. Seul le contrat peut équilibrer l'Autorité et la Liberté, qui pour l’État en désordre et ruine, pour les citoyens en oppression et misère.

Le contrat social par excellence est le contrat de fédération « dont l'essence est de réserver toujours plus aux citoyens qu'à l’État, aux autorités municipales et provinciales plus qu'à l'autorité centrale.»

C'est par contrat - on voudrait pouvoir écrire, de puissance à puissance - que s'organisent les délégations des citoyens entre eux, d'eux à la commune et à la région, de la région à la fédération.

Contrats révisables, soumis au contrôle permanent des parties, et bien sûr dénoncés dès lors qu'il y aurait rupture des termes contractuels.

Ainsi « les contractants se réservent toujours une part de souveraineté et d'action plus grande que celle qu'ils abandonnent. Juste le contraire de ce qui a lieu dans les anciens systèmes, monarchiques, démocratiques et constitutionnels, où, par la force des situations et l'entrainement des principes, des particuliers et les groupes sont censés abdiquer entre les mains d'une autorité imposée ou élue leur souveraineté tout entière, et obtiennent moins de droits, conservent moins de garantie et d'initiative, qu'il ne leur incombe de charges et de devoirs.»

 

Rien non plus qui puisse donner prise à la bureaucratisation :

« Dans une société libre, le rôle de l’État ou Gouvernement est par excellence un rôle de législation, d’institution, de création, d'inauguration, d’installation ; - c'est le moins possible, un rôle d’exécutif, par lequel on désigne un des aspects de la puissance souveraine qui a singulièrement contribué à fausser les idées. L’État n'est pas un entrepreneur de services publics, ce qui serait l'assimiler aux industriels qui se chargent à forfait des travaux de la cité. L’État, soit qu'il édicte, soit qu'il agisse ou surveille, est le générateur et le directeur suprême du mouvement ; si parfois il met la main à la manœuvre, c'est à titre de première manifestation, pour donner l'impulsion et poser un exemple. La création opérée, l’installation ou l'inauguration faite, l’État se retire, abandonnant aux autorités locales et aux citoyens l’exécution du nouveau service. »

 

Proudhon : à propos des concepts de nations, de nationalités, d'autonomie et de fédéralisme

 

« J'ai méconnu, selon M. Morin, l'idée moderne de nationalité. Mais ce qu'il appelle avec tant d'autres nationalité, est le produit de la politique bien plus que de la nature : or, la politique ayant été jusqu'à ce jour aussi fautive que les gouvernements dont elle est le verbe, quelle valeur puis-je accorder aux nationalités sorties de ses mains ? Elles n'ont pas même le mérite du fait accompli, puisque l'institution qui leur a donné naissance étant précaire, les soi-disant nationalités, œuvre d'un vain empirisme, sont aussi précaires qu'elle, naissent et disparaissent avec elle. Que dis-je ? Les nationalités actuellement existantes venant à s'écrouler par la déconfiture du système qui les a établies laisseraient la place aux nationalités primitives dont l'absorption a servi à les former, et qui regarderaient comme un affranchissement ce que vous appelleriez, vous, dans votre système, une destruction. Je conviens que, si demain la France impériale se transformait en Confédération, les nouveaux états confédérés, au nombre de vingt ou trente, n'iraient pas d'emblée se donner chacun, pour le plaisir d'exercer leur autonomie, un nouveau Code civil, un Code de commerce, un Code pénal, un autre système de poids et mesures, etc. Dans les commencements, la fédération se réduirait à l'indépendance administrative ; pour le surplus, l'unité serait de fait maintenue. Mais bientôt les influences de race et de climat reprenant leur empire, des différences se feraient peu à peu remarquer dans l'interprétation des lois, puis dans le texte ; des coutumes locales acquerraient autorité législative, tant et si bien que les États seraient conduits à ajouter à leur prérogatives celle de la législature elle-même. Alors vous verriez les nationalités dont la fusion, plus ou moins arbitraire et violente, compose la France actuelle, reparaître dans leur pureté native et leur développement original, fort différentes de la figure de fantaisie que vous saluez aujourd'hui. »

Pierre-Joseph Proudhon, « Du principe fédératif et de la nécessité de reconstituer le parti de la révolution »

 

Proudhon_1.jpg